Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en oct. 2013
Vierge au raisin attribuée à Claus de Werve, XVe siècle

La construction de l'église Notre-Dame à Auxonne s'est étalée sur plusieurs siècles. Le nouvel édifice, commencé au XIIIe, a gardé l'ancienne tour clocher sud et le bras sud du transept de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe. Une fois la nef, le transept et l'abside bâtis, les chapelles latérales (la plupart du temps financées par les familles nobles et bourgeoises de la ville) ont suivi aux XIVe et XVe siècles. Au XVIe, un triple portail occidental orné de statues et de bas-reliefs vient embellir l'église. Les statues disparaîtront à la Révolution et seront refaites sous le Second Empire (1853-1854).
La nef, d'une facture gothique assez classique, contient néanmoins quelques éléments intéressants. Des décors muraux sont encore visibles sur les piliers (dont le décor de la chasse de saint Hubert). La chaire à prêcher, sculptée par Denis le Rupt vers 1556, possède une cuve réalisée en pierre rouge de Sampans (Jura). Enfin, on peut admirer quelques statues du XVe siècle dont une magnifique Vierge au raisin (vers 1415-1420) attribuée à Claus de Werve.
Les deux vitraux à personnages, dans le transept, sont du XIXe siècle. On notera la présence d'une copie de la célèbre Vierge à la chaise de Raphaël dans l'oculus du transept sud.

Copie de la Vierge à la chaise de Raphaël, vitrail du transept
Vue d'ensemble de la nef de l'église Notre-Dame
Vue d'ensemble de la nef de l'église Notre-Dame
La longueur de la nef centrale est de 54 mètres, l'église a été classée Monument historique en 1907.
La façade gothique date du XVIe siècle
La façade gothique date du XVIe siècle
Belle gargouille reproduisant un aigle
Belle gargouille reproduisant un aigle
Gargouille en forme d'animal ailé
Gargouille en forme d'animal ailé
Dessin (anonyme) de l'église d'Auxonne,
Dessin (anonyme) de l'église d'Auxonne,
Don du général Cochina au musée Bonaparte
Les trois portails
Les trois portails du XVIe siècle
Partie orientale de l'église
Le clocher oriental date de 1843.
Il a été reconstruit par l'architecte
Phal-Blando. Sa base est à 33 mètres du sol,
tandis que le coq culmine à 70 mètres.
Le chevet et la chapelle absidiale nord
Le chevet et la chapelle absidiale nord
Il n'y a pas de déambulatoire.
Chapiteau sous le porche : deux guerriers s'affrontant (XVIe  siècle)
Chapiteau sous le porche : deux guerriers s'affrontant (XVIe siècle)
Chapiteau sous le porche : un lion tenant un écusson (XVIe siècle)
Chapiteau sous le porche : un lion tenant un écusson (XVIe siècle)
Chapiteau sous le porche : homme allongé, les bras étendus (XVIe  siècle)
Chapiteau sous le porche : homme allongé, les bras étendus (XVIe siècle)
La Nativité, bas–relief du XIXe siècle
La Nativité, bas-relief du XIXe siècle
Fronton du portail latéral sud
Le Baptême du Christ, bas–relief du XIXe siècle
Le Baptême du Christ, bas-relief du XIXe siècle
Fronton du portail central
Les prophètes Élisée, Élie et Malachie
Les prophètes Élisée, Élie et Malachie
Statues du porche refaites au XIXe siècle
Statue de saint Simon avec sa scie
Statue de saint Simon avec sa scie
Arcs-boutants du côté nord
Les prophètes Osée, Amos et Michée
Les prophètes Osée, Amos et Michée
Statues du porche refaites au XIXe siècle
Bas–relief du XIXe siècle
Bas-relief du XIXe siècle (La Ruine de Rome ou de Sodome, ou la Chute de Jérusalem?)
Fronton du portail nord
Le roi David sous le porche
Le roi David sous le porche
Dans l'Ancien Testament, David tue un lion et un ours
pour sauver son troupeau. Ici, il porte la tête
du lion dans la main droite.
Le portail nord
Le portail nord est orné d'une statue
de la Vierge ou d'une sainte sur son trumeau.
Le prophète Nathan
Le prophète Nathan
Les prophètes Abacuc, Abdias et Éžéchiel
Les prophètes Abacuc, Abdias et Ézéchiel
Statues du porche refaites au XIXe siècle
La Vierge ou une sainte sur le trumeau du portail nord
La Vierge ou une sainte sur le trumeau du portail nord
L'INTÉRIEUR DE L'ÉGLISE NOTRE-DAME

L'élévation de la nef est à trois niveaux
L'élévation de la nef est à trois niveaux : arcades en arc brisé, triforium avec fenêtres
en arc trilobé, puis grandes fenêtres : c'est le style gothique classique au XIIIe siècle.
La nef est quasiment identique à celle de l'église de Bar-sur-Aube construite à la fin du XIIe siècle.

Statue de saint Fiacre
Statue de saint Fiacre
Époque indéterminée
La voûte de la nef centrale
La voûte de la nef centrale est ornée
de peintures à base de fleurs de lys.
Le bas–côté nord
Le bas-côté nord
Les piliers sont décorés de peintures Renaissance, souvent très effacées et difficiles à reconnaître.
Culot à deux têtes d'homme
Culot à deux têtes d'homme
dans le bas-côté nord
La Vierge à l'Enfant
La Vierge à l'Enfant
Milieu du XVe siècle
Un saint évêque lisant
Un saint évêque lisant
Peinture XVIe siècle sur un pilier de la nef
Chapiteaux dans la nef (2e moitié du XIVe)
Chapiteaux dans la nef (2e moitié du XIVe)
Chapelle latérale dans le bas–côté nord
Chapelle latérale dans le bas-côté nord
avec saint Antoine et le Christ de pitié
Christ de pitié
Christ de pitié
Début du XVIe siècle
Chapelle latérale dans le bas–côté nord
Chapelle latérale dans le bas-côté nord
La chasse de saint Hubert
La chasse de saint Hubert
Peinture du XVIe siècle sur un pilier dans la nef (voir le cerf plus bas).
Le Christ en croix dans le croisillon nord du transept
Le Christ en croix dans le croisillon nord du transept
avec la rosace du Christ entouré par les anges (XIXe siècle)
Le visage du Christ en croix dans le transept nord
Le visage du Christ en croix dans le transept nord
On ne sait rien de sa provenance ni de son auteur.
Un ange phylactère entourant la Vierge à la chaise
Un ange phylactère entourant la Vierge à la chaise
dans la rosace du transept sud (XIXe siècle)
L'une des dalles funéraires des frères Morel
L'une des dalles funéraires des frères Morel
XVe siècle
L'autel de l'absidiole nord (XIXe siècle)
L'autel de l'absidiole nord (XIXe siècle)
Le bas–côté sud avec la chapelle de la Vierge
Le bas-côté sud avec la chapelle de la Vierge
Saint Antoine (statue en pierre polychrome)
Saint Antoine (statue en pierre polychrome)
École bourguignonne de la fin du XVe siècle

La Vierge au raisin attribuée à Claus de Werve est certainement l'une des plus belles statues de la Vierge produites par l'École bourguignonne de sculpture au XVe siècle. L'expression de tendresse du visage de la Vierge et le travail des plis de sa robe sont remarquables. Le regard de l'Enfant est digne aussi d'être souligné : il regarde au-dessus de sa mère. Les exégètes en concluent qu'il sait qu'il est le Fils de Dieu. On pourra rapprocher cette statue d'une autre Vierge au raisin : celle de la basilique Saint-Urbain à Troyes.

La Vierge au raisin attribuée à Claus de  Werve
La Vierge au raisin attribuée à Claus de Werve
Statue en pierre (vers 1415-1420)
La Vierge au raisin attribuée à Claus de  Werve
La Vierge au raisin attribuée à Claus de Werve
On notera en passant que le sculpteur n'a pas lésiné
sur la taille des pieds de l'Enfant !

L'image à droite est un extrait de la peinture de la chasse de saint Hubert sur un pilier de la nef. On y voit nettement le cerf «crucifère» qui sort d'un buisson. Une croix va étinceler entre ses bois. Il fait face au chasseur (visible dans une image plus haut), accompagné de personnages agenouillés (qui le prient de ne pas tirer?) et d'un chien. C'est la peinture murale la mieux conservée de l'église.

La Vierge au raisin
La Vierge au raisin
ou la tendresse maternelle vue par Claus de Werve
Un ange phylactère entourant le Christ
Un ange phylactère entourant le Christ
dans la rosace du transept nord (XIXe siècle)
Agneau pascal dans une clé–de–voûte
Agneau pascal dans une clé de voûte
La chasse de saint Hubert (détail)
La chasse de saint Hubert (détail)
La chapelle absidiale nord
La chapelle absidiale nord
Le visage de saint Antoine (fin du XVe siècle)
Le visage de saint Antoine (fin du XVe siècle)
La chapelle de la Vierge (absidiale sud)
La chapelle de la Vierge (absidiale sud)
Vierge à l'Enfant dans une clé–de–voûte
Vierge à l'Enfant dans une clé de voûte
Le Baptême du Christ
Le Baptême du Christ ou l'Apparition du Christ à un saint
Ce sont les scènes auxquelles on pense en regardant de près
cette peinture murale du XVIe siècle sur un pilier de la nef.
Le Christ entouré par les anges phylactères
Le Christ entouré par les anges phylactères
Rosace du transept nord (détail)
(XIXe siècle)
LA CHAIRE À PRÊCHER ET LE LUTRIN
La rosace du croisillon nord du transept
La rosace du croisillon nord du transept
Le Christ est entouré par huit anges phylactères (XIXe siècle)

La chaire à prêcher est attribuée au sculpteur Denis le Rupt. Elle est datée des environs de 1556. La cuve est en pierre rouge de Sampans dans le Jura. Les statuettes des quatre évangélistes (dont deux sont reproduites ci-dessous) sont en bois peint. Elles ont été faites au XIXe siècle. Cette chaire a servi de modèle pour la chaire à prêcher de la collégiale Notre-Dame à Dole, dans le Jura et de la basilique Notre-Dame à Gray en Haute-Saône.

Statue de Jean avec son aigle
Statue de Jean avec son aigle
Bois peint, XIXe siècle
Statue de Luc avec son taureau
Statue de Luc avec son taureau
Bois peint, XIXe siècle
La chaire à prêcher de Denis le Rupt (vers 1556)
La chaire à prêcher de Denis le Rupt (vers 1556)
Un ange phylactère entourant la Vierge à  la chaise
Un ange phylactère entourant la Vierge à la chaise
dans la rosace du transept sud (XIXe siècle)
LE CHŒUR ET L'ABSIDE
Le chœur et l'abside
Le chœur et l'abside
La voûte du chœur conserve encore
La voûte du chœur conserve encore
un décor peint du Christ en gloire.
La clé–de–voûte du chœur reproduit un ange ou un archange.
La clé de voûte du chœur reproduit un ange ou un archange.
Il semble tenir une massue percée de trous. Gabriel? Michel?
Peinture murale sur la voûte du chœur
Peinture murale sur la voûte du chœur :
Le Christ en gloire est entouré des quatre évangélistes et de deux orants.
Lutrin en cuivre du XVIe siècle
Lutrin en cuivre du XVIe siècle
L'angelot souffleur sur l'abat-son
L'angelot souffleur sur l'abat-son
de la chaire à prêcher (XVIe siècle)
Statue de sainte Femme
Statue de sainte Femme
(École bourguignonne, fin du XVe siècle)
Un grotesque grimaçant
Un grotesque grimaçant
Sellette de miséricorde dans les stalles
Un grotesque tirant la langue
Un grotesque tirant la langue
Sellette de miséricorde dans les stalles
Le chœur de l'église Notre–Dame comprend douže stalles
Le chœur de l'église Notre-Dame comprend douze stalles du dernier tiers du XVIe siècle, dont les miséricordes sont ornées de grotesques.
Les boiseries ont été ajoutées au XVIIe siècle.
Magnifique dentelle de pierre reproduisant des pampres
Magnifique dentelle de pierre reproduisant des pampres
et des feuilles de vigne sur le maître-autel
Vitrail dans le croisillon sud du transept
Vitrail dans le croisillon sud du transept
La Vierge de Raphaël est entourée de six anges tenant des phylactères.
Vue d'ensemble du chœur
Vue d'ensemble du chœur

La très belle copie, donnée à droite, du tableau de Raphaël (exposé au palais Pitti à Florence) reste sans auteur. Aucune marque n'a été trouvée sur les deux rosaces du transept. Notons que le vitrail a été monté à l'envers.

Le maître–autel
Le maître-autel (XVIIIe siècle?)
Les stalles avec leur série de grotesques sur les miséricordes (XVIe siècle)
Les stalles avec leur série de grotesques sur les miséricordes (XVIe siècle)
La Vierge à la chaise (copie retournée du tableau de Raphaël)
La Vierge à la chaise de Raphaël (la copie est retournée car le vitrail a été monté à l'envers.)
Partie centrale de la rosace du transept sud
L'ORGUE DE TRIBUNE DU XVIIIe SIÈCLE
L'orgue de tribune de l'église Notre-Dame
L'orgue de tribune de l'église Notre-Dame
L'instrument a été reconstruit en 1789 par François Callinet.
Le buffet est du XVIIe siècle, le positif du XVIIIe.
La tribune est ornée de deux anges souffleurs
La tribune est ornée de deux anges souffleurs
Sculpture XVIIe siècle sur le buffet d'orgue
Sculpture XVIIe siècle sur le buffet d'orgue
Les angelots et les fleurs du positif datent de 1789
Les angelots et les fleurs du positif datent de 1789.
Quand le ménage n'est pas fait, les araignées s'en donnent à cœur joie...
La Vierge à l'Enfant au sommet
La Vierge à l'Enfant au sommet
de la tourelle centrale
Ornementation du XVIIe siècle sur le grand buffet de l'orgue de tribune
Ornementation du XVIIe siècle sur le grand buffet de l'orgue de tribune

Auparavant installé sur le jubé, l'orgue a rejoint la tribune en 1629. Le grand buffet de chêne remonte au début du XVIIe siècle. Le positif a été ajouté au début du XVIIIe. Son ornementation date de 1789. Le facteur François Callinet (1754-1820) a été chargé de la reconstruction complète de l'instrument en 1789 (32 jeux, trois claviers et un pédalier).Une restauration complète en a été faite à la fin du XXe siècle.

Ange souffleur sur la tribune
Ange souffleur sur la tribune
Vitrail XIXe siècle derrière l'orgue de tribune (partiel)
Vitrail XIXe siècle derrière l'orgue de tribune (partiel)
La nef vue depuis le chœur
La nef vue depuis le chœur

Documentation : Dépliant «Église Notre-Dame d'Auxonne» disponible dans l'église et panneaux explicatifs dans la nef
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE