Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en 2011

L'Abbaye-aux-Hommes de Caen a été fondée par Guillaume le Bâtard (futur Guillaume le Conquérant) en 1059, tandis que sa jeune épouse, Mathilde de Flandre, fondait l'Abbaye-aux-Dames à l'Est de la ville. Avec ces deux monastères, le duc de Normandie voulait se faire pardonner par le pape le fait d'avoir épousé sa cousine en violation des interdits de l'Eglise relatifs aux mariages consanguins.
Les travaux commencèrent en 1063 et allèrent bon train de par la volonté du duc-roi, de l'énergie de Lanfanc (théologien et archevêque de Cantorbery en 1070), mais certainement aussi grâce aux biens glanés en Angleterre à la faveur de la conquête normande. L'édifice est consacré en 1077. Les siècles postérieurs apporteront leur lot de travaux et de modifications (XIIIe, XVIIe et XVIIIe siècles). Il n'en reste pas moins que l'église Saint-Etienne reste un chef-d'œuvre de l'art roman. Dépouillement et simplicité s'allient pour mettre en lumière l'harmonie des proportions et l'équilibre des volumes.
Les bâtiments conventuels de l'abbaye-aux-Hommes (reconstruits au XVIIIe siècle) abritent l'Hôtel de ville de Caen.


Vue traditionnelle de l'Hôtel de ville de Caen avec l'abbaye-aux-Hommes dans toute sa splendeur.
L'église Saint-Etienne est vue ici depuis le chevet.

Vue générale de la nef de Saint-Etienne, nettement coupée en deux par la croisée du transept.
La nef compte huit travées. Elle est bordée par deux collatéraux, non visibles sur la photo.
On notera l'absence de statue et de tout élément décoratif dans la nef (comme d'ailleurs dans les collatéraux). Les chapiteaux des piliers ont un feuillage dépouillé, très stylisé
qui leur ôte tout intérêt artistique.
Abbaye-aux-Hommes à Caen, élévations
L'élévation de Saint-Etienne compte trois niveaux. Le premier (ou rez-de-chaussée) est constitué de grandes arcades en plein cintre, à double rouleau. Le deuxième, également avec des arcades, ouvre sur une large tribune qui a deux fonctions : permettre de faire le tour de l'édifice pour en faciliter l'entretien et servir de contrebutées aux poussées de l'étage supérieur.
Enfin, le dernier niveau apporte une abondante lumière.

Le chœur de l'église Saint-Etienne
Initialement de style roman, il a été remplacé, au XIIIe siècle, par un chœur de style gothique pour faciliter les processions dans l'édifice. Il possède un déambulatoire et sept chapelles rayonnantes.

Vue des tours de la façade depuis le jardin des bâtiments conventuels.

Si les tours sont de style roman, leurs flèches, édifiées au XIIIe siècle, sont de style gothique. Elles sont dissymétriques et arborent une série de clochetons.
La flèche la plus ancienne est la flèche Nord (en arrière-plan),
son pourtour de clochetons est moins chargé que celui de la flèche Sud.
Abbaye-aux-Hommes à Caen, la façade

Aspect de la nef entre le chœur et le transept. Le dépouillement du style roman dans toute sa magnificence...
Au niveau de la décoration, on remarquera quand même quelques rosaces dans les écoinçons.
A gauche, la façade de l'église Saint-Etienne, large de 28 mètres, illustre la sobriété de l'art roman
au XIe siècle, tout comme les deux tours qui sont de la même époque.
Les flèches sont du XIIIe siècl et de style gothique.
Eglise Saint-Etienne à Caen, chapelles rayonnantes dans le déambulatoire
Belles chapelles rayonnantes de l'abside au niveau du déambulatoire.
Elles resplendissent de jolis vitraux historiés.
Abbaye-aux-Hommes à Caen, déambulatoire
En quittant le déambulatoire pour gagner le collatéral sud...

Le maître-autel avec une dalle funéraire à la gloire de Guillaume le Conquérant.
Après les saccages des guerres de Religion et de la Révolution, il ne subsisterait du roi-duc Guillaume qu'un tibia.
Les analyses ont montré qu'il pourrait être du XIIe siècle et qu'il correspond à un homme de grande taille.
Guillaume le Conquérant mesurait environ 1,80m...

A gauche, la chapelle axiale de la Vierge avec ses vitraux historiés (voir la galerie des vitraux)
Abbaye-aux-Hommes à Caen, atlante
Atlante de gauche aux deux bras au-dessus de la tête

Le buffet d'orgues avec ses deux atlantes.

Atlante de droite avec une main à la taille
La chapelle Halbout, sur le collatéral nord, est aussi très dépouillée malgré ses larges vitraux à personnages.

A gauche, le vitrail central au-dessus de l'abside.
Cliquez dessus pour afficher le haut de l'abside avec ses trois vitraux.

A droite, un vitrail historié de la chapelle de la Vierge.
Cliquez dessus pour l'afficher en gros plan.

BÂTIMENTS CONVENTUELS - La très belle salle de réception avec boiseries et tableaux


La chaire à prêcher.
Elle est enrichie d'un abat-voix sculpté de multiples personnages.

A gauche,
BÂTIMENTS CONVENTUELS - La salle des mariages.
Elle se présente comme la salle de réception.

Les premiers bâtiments conventuels sont de style roman et ont été bâtis au XIe siècle. Il n'en reste rien, les guerres de Religion les ont largement détruits.
Ils ont été reconstruits au début du XVIIIe siècle - avec quelque lenteur car les finances manquaient - selon le projet du frère architecte Guillaume de la Tremblaye. En fait, l'impulsion nécessaire au travaux a été donnée lorsque l'abbaye fut rattachée à la Congrégation de Saint-Maur en 1653.


Source : «Caen» de Xavier Barra i Altet, Editions Jean-Paul Gisserot
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE