Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en juil. 2014
Le roi de Juda JORAM, détail de l'Arbre de Jessé

Une première église Notre-Dame, de style Renaissance, a été bâtie à Épernay entre 1520 et 1550. Détériorée au fil du temps, elle s'écroula partiellement en 1824, fut restaurée entre 1826 et 1833 et s'écroula à nouveau en 1892. Tout ce qu'il en reste est le portail Saint-Martin visible aujourd'hui sur une place de la ville. La municipalité décida la construction d'une nouvelle église Notre-Dame, tandis que l'ancienne était démolie en 1909. Le nouvel édifice, de 73 mètres de long, eut pour architecte Paul Selmersheim (1840-1916) qui s'inspira de l'église gothique de Braine dans l'Aisne. Cette construction commença en 1898, s'arrêta en 1905, et reprit enfin de 1910 à 1915. Lors de l'offensive allemande de juillet 1918, des obus firent s'écrouler une partie de la voûte et endommagèrent la façade. Les réparations s'étalèrent de 1922 à 1925.
Dès 1915, l'édifice se vit enrichi des vitraux Renaissance de l'ancienne église. Eux aussi subirent le coup des bombardements de 1918. Ce qu'il en resta fut entreposé chez le peintre verrier Soccard à Paris, mais son atelier prit feu, réduisant encore la part des vitraux d'origine. Ils sont néanmoins visibles dans le chœur et les chapelles absidiales, quoi qu'on y trouve aussi des copies et des pastiches. À noter le bel Arbre de Jessé dans une chapelle latérale que nous supposerons être de la Renaissance, en l'absence d'information contraire, et la verrière des «Noces de Pélagie», histoire tirée de la vie de «saint Thomas, apôtre» dans la Légende dorée.

«Le Massacre des Innocents», détail
La nef et le chœur de l'église Notre-Dame à Épernay
La nef et le chœur de l'église Notre-Dame à Épernay
Vue d'ensemble de l'église Notre-Dame à Épernay
Vue d'ensemble de l'église Notre-Dame à Épernay
Culot à tête de moniale
Culot à tête de moniale
sur la façade
Culot à tête d'homme barbu
Culot à tête d'homme barbu
sur la façade
Le portail Saint–Martin
Le portail Saint-Martin,
dernier vestige de l'ancienne église d'Épernay
Style Renaissance, XVIe siècle
Bas-relief «La Vierge adorée par les anges» (début  du XXe siècle)
Bas-relief «La Vierge adorée par les anges» (début du XXe siècle)
Fronton du portail principal
Le chevet de l'église et ses chapelles latérales
Le chevet de l'église
et ses chapelles latérales et absidiales
Statue de la Vierge sur la façade
Statue de la Vierge sur la façade
fin du XIXe - début du XXe siècle
Vue d'ensemble de l'église depuis le côté sud
Vue d'ensemble de l'église depuis le côté sud
(L'abside de l'église est à l'ouest.)
Culot à tête de jeune fille sur la façade
Culot à tête de jeune fille sur la façade

Les vitraux de l'église Notre-Dame soulèvent quelques interrogations. La partie la plus intéressante est évidemment constituée des vitraux Renaissance venant d'une ancienne église d'Épernay. À l'opposé de l'échelle artistique, on trouve aussi, dans le transept, des vitraux du XXe siècle de piètre qualité. Entre les deux, on relève des copies de vitraux Renaissance et des pastiches de vitraux des XVe et XVIe siècles, parfois un peu grossiers. Cette page donne un grand nombre de photos de vitraux, notamment le très bel Arbre de Jessé Renaissance de l'école troyenne.

Culot à tête de prélat sur la façade
Culots à tête de prélat et à tête de jeune
fille sur la façade
Culot à tête de jeune fille sur la façade
LA NEF, SES VITRAUX ET SES CHAPITEAUX SCULPTÉS
La nef et son côté droit vus depuis l'avant–nef
La nef et son côté droit vu depuis l'avant-nef
Le deuxième niveau de l'élévation de l'église est parcouru, sans interruption, par un triforium.
Celui-ci est fermé, sauf dans l'abside où il est scandé d'oculi comme on peut le voir à gauche sur la photo.
Rose de la façade (début du XXe siècle)
Rose de la façade (début du XXe siècle)
Scènes de la vie de sainte Thérèse d'Avila
Chapiteau sur un pilier de la nef
Chapiteau sur un pilier de la nef
Feuilles représentant une tête d'homme
Chapiteau sur un pilier de la nef
Chapiteau sur un pilier de la nef
Griffon dans un décor floral
Chapiteau sur un pilier de la nef
Chapiteau sur un pilier de la nef
Tête de taureau dans un décor floral
Rose des scènes de la vie de sainte Thérèse d'Avila (partie centrale), début du XXe siècle
Rose des scènes de la vie de sainte Thérèse d'Avila (partie centrale), début du XXe siècle
Le bas–côté droit vu du transept
Le bas-côté droit vu du transept
Chapiteau sur un pilier de la nef
Chapiteau sur un pilier de la nef
Feuilles représentant une tête d'homme
Chapiteau sur un pilier de la nef
Chapiteau sur un pilier de la nef
Tête d'homme cornu dans un décor floral
Élévations droites vues depuis le chœur
Élévations droites vues depuis le chœur
Le troisième niveau de l'élévation est ouvert de vitraux en verre blanc :
l'église profite d'une grande luminosité.
Statue d'une Vierge à l'Enfant
Statue d'une Vierge à l'Enfant
Fin du Moyen Âge [base Palissy]
Page Renaissance portant un écusson
Page Renaissance portant un écusson
Oculus de la nef. Fin du XIXe - début du XXe siècle

La statue de Notre-Dame donnée à gauche possède une histoire. Elle remonterait au XIIe ou au XIIIe siècle et pourrait être la statue originale qui trônait au portail nord de la cathédrale de Paris jusqu'au XIXe siècle. Lors de l'importante restauration de cette cathédrale entreprise par l'architecte Viollet-le-Duc, elle aurait été retirée de son emplacement à cause de son état très dégradé et remplacée par une copie plus petite. Elle réapparaît on ne sait comment dans le presbytère d'Épernay à l'époque où l'on construit la nouvelle église Notre-Dame. L'architecte est-il à l'origine de ce sauvetage inespéré? On l'ignore.
Source : livret de visite de l'église Notre-Dame

Page Renaissance portant un écusson
Page Renaissance portant un écusson
Oculus de la nef
Fin du XIXe - début du XXe siècle
«La Conversion de la pécheresse»
«La Conversion de la pécheresse»
École italienne, premier quart du XVIIe siècle [base Palissy]
(L'identification de cette toile est incertaine.)

Le site Web du diocèse indique qu'il s'agit d'une copie d'époque
d'Andréa Vaccaro et datée du XVIIIe siècle.
Vitrail dans le transept, 1912
Vitrail dans le transept, 1912
Saint Berchaire, saint Rémi et saint Alpain
Statue de saint Christophe
Statue de saint Christophe
portant l'Enfant
«Laissež venir à moi les petits enfants», tableau anonyme
«Laissez venir à moi les petits enfants», tableau anonyme (qui aurait besoin d'être restauré)
Les fonts baptismaux
Les fonts baptismaux
Vitrail daté de 1912 siècle dans le transept
Vitrail daté de 1912 siècle dans le transept
Sainte Colette, sainte Jeanne d'Arc et sainte Jeanne de Chantal (détail)
Ce vitrail n'est pas ce que le premier quart du XXe siècle a produit de mieux...
Monument funéraire avec gisant d'un homme, détail
Monument funéraire avec gisant d'un homme, détail
Vitrail «Scènes de la vie de saint Luc», fin XIXe – début du XXe siècle
Vitrail «Scènes de la vie de saint Luc», fin XIXe - début du XXe siècle
Saint Luc, patron des peintres, peint le portrait de la Vierge et de l'Enfant.
Élévations gauches dans la nef avec sa suite de chapiteaux sculptés et ses oculi
Élévations gauches dans la nef avec sa suite de chapiteaux sculptés et ses oculi
Monument funéraire avec gisant
Monument funéraire avec gisant
«Scènes de la vie de saint Éloi»
«Scènes de la vie de saint Éloi»
Vitrail de la fin du XIXe siècle - début du XXe siècle
«Scènes de la vie de saint Luc»
«Scènes de la vie de saint Luc»
Fin du XIXe siècle - début du XXe siècle
L'ARBRE DE JESSÉ (ÉPOQUE RENAISSANCE)
La chapelle de l'Arbre de Jessé
La chapelle de l'Arbre de Jessé est située dans le bas-côté gauche
Le rois DAVID et sa lyre et le roi de Juda JORAM
Le rois DAVID et sa lyre et le roi de Juda JORAM
Deux rois de Juda
Deux rois de Juda
Le roi de Juda ASA et sa belle tunique en jaune d'argent
Le roi de Juda ASA et sa belle tunique en jaune d'argent
Le bas–côté droit avec la statue du curé d'Ars
Le bas-côté droit avec la statue du curé d'Ars
Au fond, l'autel absidial de Saint-Vincent de Paul
L'Arbre de Jessé d'époque Renaissance
L'Arbre de Jessé d'époque Renaissance
de l'église Notre-Dame
Le roi de Juda JORAM
Le roi de Juda JORAM
L'oculus en haut de l'Arbre
L'oculus en haut de l'Arbre

L'Arbre de Jessé de l'église Notre-Dame d'Épernay appartient sans aucun doute à l'école troyenne du vitrail. L'Arbre de Jessé est une généalogie théologique du Christ partant de Jessé, père de David, pour aboutir à la Vierge et au Christ en passant par une liste imposante de rois de Juda. En général, son tympan est orné d'une Vierge à l'Enfant, mais ici les deux lancettes sont simplement surmontées d'un oculus représentant un ange vert aux ailes rouges et portant un phylactère (photo ci-dessus). Les tympans des lancettes comprennent un roi de Juda, dont, à droite, Manassé portant son sceptre. L'Arbre n'est donc peut-être pas complet.

Le roi de Juda dans le tympan
Le roi de Juda dans le tympan
de la lancette gauche
Un roi de Juda
Un roi de Juda
Le roi de Juda JOTAM
Le roi de Juda JOTAM
Le roi de Juda JORAM
Le roi de Juda JORAM
Un roi de Juda
Un roi de Juda
Le roi DAVID et sa lyre
Le roi DAVID et sa lyre
Le roi de Juda JOTAM
Le roi de Juda JOTAM
LES CHAPELLES ABSIDIALES
«Sainte Geneviève» de Lesueur
«Sainte Geneviève» de Lesueur
Deuxième quart du XVIIIe siècle [base Palissy]
L'absidiole gauche et ses deux chapelles
L'absidiole gauche et ses deux chapelles
Statue de Jeanne d'Arc
Statue de Jeanne d'Arc
(Copie de la sculpture de Marie d'Orléans)
Statue de saint Vincent de Paul
Statue de saint Vincent de Paul
portant l'Enfant Jésus
«La Naissance de la Vierge»
«La Naissance de la Vierge»
Première moitié du XVIe siècle
Chapelle du Sacré Cœur
Statue de saint Antoine de Padoue
Statue de saint Antoine de Padoue
avec l'Enfant Jésus
Bas–relief «La Mort de Louis XIII»
Bas-relief «La Mort de Louis XIII»
Autel de la chapelle Saint-Vincent de Paul
Fin du XIXe siècle
Chapelle du Sacré Cœur (fin du XIXe siècle)
Chapelle du Sacré Cœur (fin du XIXe siècle)
et ses vitraux Renaissance relatifs à la vie de la Vierge
«La Naissance de la Vierge», détail : Les donateurs
«La Naissance de la Vierge», détail : Les donateurs
Première moitié du XVIe siècle
Chapelle absidiale droite Saint-Vincent de Paul
Chapelle absidiale droite Saint-Vincent de Paul
«Scènes de la vie de saint Vincent, martyr»
«Scènes de la vie de saint Vincent, martyr»
Pastiche fin XIXe siècle de l'époque Renaissance
Scène de la vie de saint Augustin, détail
«La Naissance de la Vierge»
«La Naissance de la Vierge»
Registre du haut du vitrail
Première moitié du XVIe siècle
Chapelle absidiale gauche de Saint-Joseph
Chapelle absidiale gauche de Saint-Joseph
et ses vitraux Renaissance sur la vie de saint Augustin
Vitrail de la Création en son entier
Vitrail de la Création en son entier
Copie du vitrail de la première
moitié du XVIe siècle
Vitrail de saint Rémi
Vitrail de saint Rémi
«««--- À GAUCHE
Vitrail dans la chapelle Saint-Joseph
Scène de la vie de saint Augustin, détail
Première moitié du XVIe siècle

Cet ensemble de vitraux dédiés à la vie de saint Augustin
est loin d'égaler les meilleures créations de l'époque.
Bas–relief «Saint Vincent de Paul et sainte Jeanne de Chantal»
Bas-relief «Saint Vincent de Paul
et sainte Jeanne de Chantal»
sur l'autel de la chapelle Saint-Vincent de Paul
Fin du XIXe siècle
Vitrail de la Création (Le Père Céleste avec Adam et Ève)
Vitrail de la Création (Le Père Céleste avec Adam et Ève)
Copie du vitrail de la première moitié du XVIe siècle
«Notre–Dame au Rosaire»
«Notre-Dame au Rosaire»
Toile anonyme, XVIIIe siècle ?
«Scènes de la vie de saint Vincent, martyr»
«Scènes de la vie de saint Vincent, martyr»
Pastiche fin XIXe siècle de l'époque Renaissance
LE VITRAIL DES VICAIRES ET L'ART DU PASTICHE AUX XIXe ET XXe SIÈCLES
«Le vitrail des vicaires»
«Le vitrail des vicaires»
réalisé par Edmond Soccard
entre 1922 et 1925.
«La Rencontre à la Porte Dorée»
«La Rencontre à la Porte Dorée»
Première moitié du XVIe siècle
Le Grand prêtre refuse l'offrande d'Anne et de Joachim parce qu'ils n'ont pas d'enfant.
Le Grand prêtre refuse l'offrande d'Anne et de Joachim parce qu'ils n'ont pas d'enfant.
Vitrail de la première moitié du XVIe siècle

Le vitrail de la Crucifixion a été appelé «vitrail des vicaires» au XXe siècle. Ce surnom se réfère aux messages inscrits sur les phylactères qui entourent la croix : «ce n'est pas pour vous que vous construisez des nids, oiseaux», «ce n'est pas pour vous que vous faites du miel, abeilles». Tout comme le vicaire ne travaille pas pour lui, mais pour le curé dont il est l'adjoint.
Ce vitrail de la Crucifixion semble sorti tout droit de l'époque Renaissance. On y trouve les figures en jaune d'argent, un beau paysage bleuté, le travail à la grisaille, sans compter le riche réseau de plombs de casse. Et pourtant, c'est une copie réalisée entre 1922 et 1925 par le peintre verrier Edmond Soccard.
Reprenons le fil de l'histoire. L'ancienne église d'Épernay reçut à la Renaissance une riche verrière créée par les artistes troyens. De démolition en reconstruction, ces verrières furent replacées dans l'actuelle église Notre-Dame en 1915. En 1918, elles sont sérieusement endommagées par les bombardements. Le fils, Pierre, de l'architecte de l'église Paul Selmersheim (1840-1916) ---»»»

«Le vitrail des vicaires», détail
«Le vitrail des vicaires», détail
Vitrail des Litanies de la Vierge (vitrail central du chœur)
Vitrail des Litanies de la Vierge (vitrail central du chœur)
Première moitié du XVIe siècle
«Le vitrail des vicaires», détail : Le panneau des laboureurs
«Le vitrail des vicaires», détail : Le panneau des laboureurs

---»»» les confie alors à son beau-frère Edmond Soccard (1869-1934). C'est un très bon peintre verrier qui travaille dans le XIIIe arrondissement de Paris, malheureusement dans des locaux en bois. C'est là qu'il stocke les vitraux d'Épernay. En octobre 1920, un incendie éclate dans son atelier, détruisant les caisses contenant les verrières. Avec ceux d'Épernay, des vitraux provenant de la cathédrale d'Amiens et de l'église de Balham dans les Ardennes sont également perdus. On ne récupère que quelques débris dans les décombres. Heureusement Soccard avait pris des photos. C'est grâce à elles qu'il a pu refaire, avec un réel talent, ce vitrail de la Crucifixion. On a, par ce fait divers malheureux, un aperçu de l'extraordinaire savoir-faire des peintres verriers de la fin du XIXe siècle et du début du XXe dans le pastiche des vitraux du Moyen Âge et de la Renaissance. Savoir-faire qui rend parfois bien difficile l'authentification des vitraux d'époque.
À la suite de cet incendie, le ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts imposa des conditions draconiennes dans les ateliers des peintres verriers avant de leur confier des vitraux en dépôt : incombustibilité des locaux, chambre forte pour le stockage, prise de vue dès leur arrivée dans les lieux et assurance.
Source : «Vitrail, Peinture de lumière», Éditions Lieux Dits

Saints Joachim et Anne
Saints Joachim et Anne
Vitrail dans le chœur
Première moitié du XVIe siècle
«La Rencontre à la Porte Dorée»
«La Rencontre à la Porte Dorée»
et «La Naissance de la Vierge»
Première moitié du XVIe siècle
«La Sainte Famille»
«La Sainte Famille»
Première moitié du XVIe siècle
LE TRANSEPT, LE CHŒUR ET L'ABSIDE DE L'ÉGLISE NOTRE-DAME
Le transept et son autel de messe, placé là après Vatican II
Le transept et son autel de messe, placé là après Vatican II
On voit que le triforium n'est pas interrompu par le transept.
Le chœur et l'abside l'église Notre–Dame
Le chœur et l'abside l'église Notre-Dame
La voûte a été partiellement détruite par les bombardements en 1917.
À DROITE ---»»»
La Naissance de la Vierge
Première moitié du XVIe siècle
Vitrail dans le chœur
L'orgue dans le transept droit
L'orgue dans le transept droit
La Naissance de la Vierge, 1ère moitié du XVIe siècle
Statue de sainte Thérèse
Statue de sainte Thérèse
Scènes de la vie de Marie
Scènes de la vie de Marie
(Nativité et Sainte Famille)
Vitrail dans le chœur
Statue d'une Vierge à l'Enfant
Statue d'une Vierge à l'Enfant
(Copie de la Vierge gothique
du musée de Cluny)

À DROITE ---»»»
«Le Massacre des Innocents»
Détail, 1ère moitié du XVIe siècle
«Le Massacre des Innocents»
Saint Jacques le Majeur et saint Pierre
Saint Jacques le Majeur et saint Pierre
Vitrail dans l'abside (vers 1925)
Le chœur et ses vitraux Renaissance
Le chœur et ses vitraux Renaissance
L'abside (triforium et troisième niveau de l'élévation) reçoit des vitraux du début du XXe siècle.
L'abside (triforium et troisième niveau de l'élévation) reçoit des vitraux du début du XXe siècle.
Vierge à l'Enfant, détail
Vierge à l'Enfant, détail
(Copie d'une statue de Cluny)
L'autel du Saint Sacrement dans le chœur
L'autel du Saint Sacrement dans le chœur
Marbre de la Feuderie à Jeumont dans le Nord.
LE VITRAIL DES NOCES DE PÉLAGIE (ÉPOQUE RENAISSANCE)
«Les Noces de Pélagie» (vers 1533)
«Les Noces de Pélagie» (vers 1533)
Saint Thomas et Abbanes arrivent à la cour du roi, père de Pélagie
«La Bénédiction de la Vierge»
«La Bénédiction de la Vierge»
Vitrail dans l'abside (vers 1925)
«Marie immaculée»
«Marie immaculée»
Tableau dans la nef
«Marie est promise au monde»
«Marie est promise au monde»
Tableau dans la nef
«Les Noces de Pélagie» (vers 1533) : saint Thomas regarde le Ciel pendant le repas.
«Les Noces de Pélagie» (vers 1533) : saint Thomas regarde le Ciel pendant le repas.
«Les Noces de Pélagie» (vers 1533) : Le sommelier est dévoré par un lion.
«Les Noces de Pélagie» (vers 1533) : Le sommelier est dévoré par un lion.
Le sermon sur la montagne et la Résurrection de Lazare
Le sermon sur la montagne et la Résurrection de Lazare
Vitrail de la chapelle des fonts baptismaux, première moitié du XVIe siècle
«La Résurrection de Lazare», panneau central
«La Résurrection de Lazare», panneau central
Vitrail de la chapelle des fonts baptismaux, première moitié du XVIe siècle

«Les Noces de Pélagie» : c'est un sujet assez rare dans l'iconographie chrétienne et dans les vitraux. Le thème est expliqué dans la vie de «saint Thomas, apôtre» de la Légende dorée de Jacques de Voragine.
Sur invitation du Seigneur, saint Thomas part en Inde construire un palais pour le roi de ce pays, Gondofer. Il est accompagné du prévôt du roi, Abbanes. En route, ils s'arrêtent dans une ville où un roi célèbre les noces de sa fille, Pélagie. Toute la ville doit y prendre part, y compris nos deux voyageurs. Mais Thomas, plongé dans ses pensées, ne mange rien et regarde vers le Ciel (panneau ci-dessus). Le sommelier, irrité, le soufflette (panneau ci-dessous). Alors Thomas s'exclame : «Mieux vaut pour toi que tu sois puni sur-le-champ d'une peine passagère, et que dans la vie future ton acte te soit pardonné.» Et il déclare que, avant qu'il se lève de table, la main du sommelier sera apportée ici par des chiens. Le sommelier sort puiser de l'eau, mais un lion l'attaque et le tue (panneau ci-contre). Des chiens déchirent son corps et l'un d'entre eux apporte la main coupable dans la salle du festin. Jacques de Voragine ajoute que saint Augustin blâme cette histoire et la déclare apocryphe parce qu'elle représente une vengeance.
Ce vitrail, daté de 1533, est parfois présenté sous le titre des Noces de Pélagie, fille du roi Gunduforus. Mais, dans la Légende dorée, le roi qui invite toute sa ville aux noces de sa fille Pélagie n'a pas de nom. Alors que Gondofer est le nom donné au roi de l'Inde chez qui se rendent saint Thomas et Abbanes.
Source : La Légende dorée de Jacques de Voragine, éditions Diane de Selliers, traduction de Theodor de Wyzewa (les propos de Thomas sont tirés de la traduction).

«Les Noces de Pélagie» (vers 1533) : le sommelier soufflette saint Thomas
«Les Noces de Pélagie» (vers 1533) : le sommelier soufflette saint Thomas
Le grand orgue Cavaillé–Coll dans le transept
Le grand orgue Cavaillé-Coll dans le transept
«Le Sermon sur la montagne»
«Le Sermon sur la montagne»
Vitrail dans la chapelle des fonts baptismaux, détail
Première moitié du XVIe siècle
La nef vue depuis le chœur
La nef vue depuis le chœur

Documentation : Livret de visite disponible dans l'église + site Web du diocèse + Livre «Vitrail, peinture de lumière» aux éditions Lieux Dits + base Palissy
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE