Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en 2012
Saint-Hilaire à Niort, vitrail

L'église Saint-Hilaire de Niort a été construite sous le Second Empire. Elle répond à un phénomène cultuel classique de cette époque de très fort développement industriel : quand une gare était bâtie, c'était bien souvent sur un large terrain vague où il n'y avait rien. Le trafic ferroviaire marchand et passager en faisait rapidement un quartier animé avec ses commerces et ses lieux d'habitation... ce qui rendait une église nécessaire. Dans ce quartier de Niort (le quartier de la Brèche), la gare est achevée en 1856.
D'inspiration byzantine, l'église est bâtie de 1862 à 1866 sur les plans de l'architecte des Bâtiments historiques, Segrétain. Celui-ci avait auparavant assuré la restauration de l'église Saint-André à Niort.
Dès 1865, l'édifice est assez avancé pour qu'on y organise une exposition nationale consacrée aux Beaux-Arts et à l'Industrie. En janvier 1866, le bâtiment est livré au culte, puis consacré en 1868.


Aspect général de la nef de Saint-Hilaire.
Huit gros piliers quadrilobés soutiennent les coupoles et séparent les bas-côtés du vaisseau central.
Une hauteur identique pour les trois vaisseaux, des voûtes élevées, une abside à trois fenêtres donnent à Saint-Hilaire un léger aspect de basilique byzantine.
Saint-Hilaire à Niort, la façade
La façade occidentale et le côté sud. Saint-Hilaire est une église massive
sur une vaste place. Elle en impose à tout le quartier.
Au niveau de la toiture, on peut voir des niches vides depuis l'origine.
Faute de financement et de donateurs, elles attendent toujours leur statue...

Vie de Saint Hilaire
Il devient évêque de sa ville natale, Poitiers, en 350. A cette époque, l'Empire romain est ravagé par les querelles des clercs, les disputes polémiques entre les docteurs de l'Eglise sur le contenu du dogme de la foi chrétienne. Quelle est la place du Fils par rapport au Père? Le Fils est-il Dieu?... L'arianisme se répand. Les auteurs païens se font l'écho en termes amers de cette zizanie...


Le chevet de l'église
Il est orienté à l'est et enrichi de multipes chapelles rayonnantes ou «ressortantes»
Saint-Hilaire à Niort, le vitrail de l'abside
Le vitrail de l'abside est à trois lancettes ( ateliers Lobin à Tours)
Tous les vitraux de Saint-Hilaire sont de la deuxième moitié du XIXe siècle.
De gauche à droite : sainte Abre, saint Hilaire, le Couronnement de la Vierge, saint Martin et sainte Radegonde.
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.

...Saint Hilaire est le défenseur de la rectitude la plus stricte de la foi, menacée par l'arianisme. Pour lui, le Fils (qui est aussi homme) est de même nature que le Père. C'est la proclamation du Concile de Nicée en 325. Saint Hilaire s'oppose à l'empereur et lui vaut d'être exilé en Phrygie.
De retour, il accueille saint Martin à Poitiers. Par le biais d'une correspondance active et de ses écrits savants, il contribue à l'unité des évêques de la Gaule. Il meurt en 368. Il est enterré dans la basilique Saint-Hilaire-le-Grand à Poitiers. En 1852, il est promu Docteur de l'Eglise.


La nef avec la tribune d'orgue vue du chœur
Saint-Hilaire à Niort, transept sud
Transept sud avec sa chapelle latérale.
Tous les autels de Saint-Hilaire sont à l'est.

Transept sud
Cette image est en fait la prolongation de l'image de gauche.
Saint-Hilaire à Niort, vitrail
Vitrail historié sur la vie
de sainte Radegonde
(Ateliers Dragant à Bordeaux, 1900)

Cliquez sur l'image pour afficher
tout le vitrail.

Vitrail historié sur la vie
de sainte Radegonde
(Ateliers Dragant à Bordeaux, 1900)

A droite, la chapelle de la Vierge
sur la gauche du maître-autel.
Les décors et fresques muraux veulent
rappeler l'inspiration byzantine.
Saint-Hilaire à Niort, chapelle de la Vierge

Sainte Radegonde dans l'abside
(Ateliers Lobin à Tours)
Saint-Hilaire à Niort, transept nord

Peinture «La libération de Pierre» due au peintre local Louis Germain (de l'école de David)

A gauche, le transept nord.
On reconnaît la peinture de Louis Germain au-dessus de l'autel.

Source : Document sur Saint-Hilaire disponible dans l'église
PATRIMOINE CARTEPATRIMOINE LISTERetourner en HAUT DE PAGE