Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en oct. 2013
«Le Réveil de saint Jérôme» de Gustave Courbet (extrait)

Le musée Courbet d'Ornans est tout reluisant de blancheur et de propreté, mais il ne reçoit aucune étoile dans les guides touristiques. Ce qui paraît justifié. On n'y trouve aucune des grandes toiles du maître. Parce qu'elles sont disséminées dans les plus grands musées du monde. Compte tenu des œuvres dont il disposait, le musée a mis l'accent sur les paysages de Franche-Comté : ceux peints par Courbet, par ses amis peintres, ses prédécesseurs et continuateurs.
L'ancien hôtel Hébert, qui abrite le musée, a été entièrement adapté à sa nouvelle fonction. L'endroit n'a aucun cachet particulier. Les salles, souvent petites, sont uniformément blanches. En sortant, le visiteur comprend que la conservation a tiré au maximum sur le peu d'œuvres dont elle disposait.
Cette page donne quelques extraits des tableaux exposés, essentiellement des paysages. Elle donne aussi des photos de la Loue, connue pour sa faculté de refléter les maisons quand le temps est propice. On parle du «miroir de la Loue».

«Portrait supposé de Félix Bracquemond (1833-1914)» de Gustave Courbet
Le musée au bord de la rivière par un bel après–midi de septembre
Le musée au bord de la rivière par un bel après-midi de septembre

À cette époque, le château de Chillon est un lieu touristique. ---»»»
Courbet en a fait plusieurs peintures pour des raisons commerciales.
«Le château de Chillon» (Suisse) de Gustave Courbet
«Le château de Chillon» (Suisse) de Gustave Courbet
Huile sur toile, 1874
Les salles du musée Courbet
Ainsi se présentent les salles du musée Courbet : quelques tableaux (parfois moins
densément rassemblés) sur des murs uniformément blancs, sous un plafond blanc.
Et un sol clair. Le musée Courbet n'a pas de cachet particulier.

«Le pont de Nahin est l'une des première œuvres de Courbet et l'un des premiers paysages
qu'il a peints. Le pont de Nahin est le plus ancien pont de la ville d'Ornans. ---»»»
«Le pont de Nahin» de Gustave Courbet, vers 1837
«Le pont de Nahin» de Gustave Courbet, vers 1837
Huile sur papier marouflé sur toile
«La Reverotte» d'Émile Isembart (1846–1921)
«La Reverotte» d'Émile Isembart (1846-1921)
Huile sur toile
Isembart a peint la campagne de Franche-Comté. Ses tableaux ont connu
un grand succès. Le paysage dit de «la Reverotte» se situe
près de Pierrefontaine-les-Varans dans le Doubs.
«Pirate prisonnier du dey d'Alger» de Gustave Courbet
«Pirate prisonnier du dey d'Alger» de Gustave Courbet
Huile sur toile, 1844
Dans les années 1840, le romantisme règne en maître. L'Orient attire les
esprits curieux. Cette œuvre sera refusée pour le Salon de 1846.
À DROITE ---»»»
«Le pêcheur de chavots» est une œuvre en plâtre qui a servi pour les tirages
en fonte utilisés pour la fontaine de la place des Iles-Basses à Ornans.
C'est la première sculpture de Gustave Courbet. Et aussi une petite
réussite qui a surpris bien du monde !
«Fontaine bleue» de Gustave Courbet
«Fontaine bleue» de Gustave Courbet
Huile sur toile, 1875
«Le Réveil de saint Jérôme» de Gustave Courbet, 1840
«Le Réveil de saint Jérôme» de Gustave Courbet, 1840
Copie de la «Vision de saint Jérôme» du peintre italien Le Guerchin,
que Courbet réalisa au musée du Louvre dans ses premières années de peintre..
«Le pêcheur de chavots» par Gustave Courbet
«Le pêcheur de chavots» par Gustave Courbet
Plâtre, 1862
«Portrait de Gustave Courbet»
«Portrait de Gustave Courbet»
par Louis-Joseph Lebœuf (1823-1867), plâtre, 1860
Le «Miroir de la Loue» : le reflet des maisons sur la  rivière est ici exceptionnel.
Le «Miroir de la Loue» : le reflet des maisons sur la rivière est ici exceptionnel.
«Portrait supposé de Félix Bracquemond (1833–1914)» Gustave Courbet, huile sur toile, 1870
«Portrait supposé de Félix Bracquemond (1833-1914)»
Gustave Courbet, huile sur toile, 1870
«Paysage composé – Source dans les rochers du Doubs»
«Paysage composé - Source dans les rochers du Doubs»
Gustave Courbet (1819-1877), huile sur toile, 1871
Courbet peint cette toile quand il est dans les dernières années de sa vie.
«Portrait supposé de Jules Dupré (1811–1889)»
«Portrait supposé de Jules Dupré (1811-1889)»
Gustave Courbet
Huile sur toile
«Vue d'Ornans», vers 1835
«Vue d'Ornans», vers 1835
de Claude-Antoine Beau (1792-vers 1850)
Aspect de la campagne ornanaise par le premier maître de Gustave Courbet.
Le Grand pont sur la Loue
Le Grand pont sur la Loue
«Une papeterie à Ornans» de Gustave Courbet
«Une papeterie à Ornans» de Gustave Courbet
Huile sur toile, 1865
Cette toile est un beau témoignage du passé pré-industriel de la vallée de la Loue.
L'uniformité du musée : une petite salle aux murs blancs et avec plafond blanc
L'uniformité du musée : une petite salle aux murs blancs et avec plafond blanc
«Vue d'Ornans, la leçon de peinture», vers 1835
«Vue d'Ornans, la leçon de peinture», vers 1835
Œuvre de Claude-Antoine Beau (1792-vers 1850)
Cette toile, d'un style un peu naïf, montre l'aspect d'Ornans et de sa campagne
au début du XIXe siècle. Beau a été le premier maître de Gustave Courbet.
La rivière Loue, non loin du musée et les montagnes du Jura.
La rivière Loue, non loin du musée et les montagnes du Jura.
Une des rares salles avec un mobilier digne d'être noté : une cheminée en pierre
Une des rares salles avec un mobilier digne d'être noté :
ici, une cheminée en pierre
Portrait de jeune fille Portrait de femme
À DROITE ---»»»
Portrait de jeune fille et portrait de femme
Auteurs non précisés
«Vue d'Ornans ou Le miroir d'Ornans» de Gustave Courbet
«Vue d'Ornans ou Le miroir d'Ornans» de Gustave Courbet
Huile sur toile, 1872
Courbet peint ici les berges de la Loue, rivière qui coule en contrebas de son atelier.
«L'Adoration des bergers» de Robert Fernier (1895–1977)
«L'Adoration des bergers» de Robert Fernier (1895-1977)
Huile sur toile, 1927
Cette scène du Nouveau Testament est transposée dans la vie courante, à l'imitation des grands maîtres flamands. Le tableau reçut une médaille d'argent au Salon de 1928.
Robert Fernier a pris ses modèles parmi ses proches : la Vierge Marie a le visage de
la femme du peintre ; les «bergers» sont des amis du peintre.

Documentation : Panneaux des tableaux dans le musée
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE