Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en 2011
Vitrail "le voeu de Pontoise" (détail)

L'origine de l'église Notre-Dame de Pontoise remonte au XIIe siècle. A cette époque, c'est une chapelle construite hors les murs de la ville. La statue de la Vierge qu'elle renferme en fait un lieu de pèlerinage. Devenue trop petite, elle est remplacée par un bâtiment plus grand au XIIIe siècle, qui devient paroisse.
Puis l'église subit les conséquences de sa position hors les murs : tous les sièges que subit Pontoise l'endommagent ou la détruisent. Elle est démolie partiellement pendant la guerre de Cent Ans, puis restaurée sous Charles XII. Elle est détruite pendant les guerres de Religion, reconstruite, puis à nouveau détruite en1589 quand la ville est assiégée par Henri III et le roi de Navarre. Enfin, en 1599, le cycle prend fin et l'église actuelle voit le jour. D'après les sources et les vestiges encore visibles au XIXe siècle, l'ancienne église devait mesurer près de 130m de long (!). Le nouvel édifice est bien plus modeste. Avec un porche construit après coup et une façade rénovée au XVIIIe, son aspect architectural est assez hétéroclite.
A la Révolution, l'édifice est transformé en magasin à fourrage, puis menacé de destruction. En 1801, il est rendu au culte sous la pression de ses paroissiens.

La nef de Notre-Dame de Pontoise
Vue générale de la nef de l'église Notre-Dame à Pontoise
C'est une église assez claire : la lumière vient essentiellement des vitraux blancs du second niveau de l'élévation.
On remarquera les deux belles clés de voûte - d'un style très classique - sur la voûte de l'église. Un agrandissement en est donné plus bas.
La façade de l'église Notre-Dame
Angelots au-dessus du porche de la façade
sculpture sur la façade
«««--- À GAUCHE
La façade de Notre-Dame, rénovée au XVIIIe siècle
dans un style classique.
CI-DESSUS : deux têtes d'angelots dominent le porche
(conformément au classicisme de l'époque)
À DROITE ---»»»
Sculpture près du portail. S'agit-il d'armoiries?
"La Place Notre-Dame à Pontoise, 1874" par Ludovic Piette
«La Place Notre-Dame à Pontoise, 1874» par Ludovic Piette
Gouache sur papier, musée Pissarro de Pontoise

Clé de voûte dans la nef
La nef de l'église Notre-Dame
Vue de la nef et des élévations édifiées à la fin du XVIe siècle
Au premier plan à droite, le tombeau de saint Gautier
tombeau de saint Gautier
Le tombeau de saint Gautier (†1099) dans la nef de Notre-Dame a été sculpté en 1154.
Gautier est le fondateur de l'abbaye de Saint-Martin et son premier abbé.
Sur les faces latérales sont représentées des scènes évangéliques.
tombeau de saint Gautier
Saint Gautier tient le bâton pastoral dans sa main droite, le livre des Saintes
Écritures dans sa main gauche. Quatre angelots l'accompagnent.
Le tombeau n'a été placé dans la nef de Notre-Dame qu'au XIXe siècle, d'où son état de fraîcheur.

La vie de saint Gautier. Gautier n'est pas un des représentants les plus connus du panthéon chrétien. Il naquit en 1030 dans le diocèse d'Amiens et acquit - on ne sait exactement où - une grande culture. Il eut une chaire de grammaire, de rhétorique et de philosophie qui, dit-on, attirait beaucoup de monde. Très tôt il voulut quitter l'agitation du monde. Il se retira donc à l'abbaye de Rebais-en-Brie (diocèse de Meaux) pour se livrer entièrement à une vie de mortifications.
L'abbaye de Saint-Martin à Pontoise - nouvellement créée - n'ayant pas d'abbé, c'est Gautier qui fut choisi, poste qu'il accepta après beaucoup d'atermoiements. En 1070 il reçut des mains du roi Philippe Ier la crosse abbatiale, symbole de son investiture.
Toujours désireux de solitude et de mortifications, Gautier s'enfuit par deux fois de son abbaye. Il alla se cacher d'abord à Cluny (1072), mais fut découvert et ramené à Pontoise.

La deuxième fois, il vécut une vie d'anachorète dans une ile sur la Loire, mais, là aussi, il finit par être reconnu.
Désirant par-dessous tout être déchargé de ses responsabilités - dont il se jugeait indigne -, Gautier se rendit à Rome en 1075 pour obtenir gain de cause auprès du pape Grégoire VII. Mais le pape, conscient de cette humilité exagérée, lui ordonna de rester fidèle à son abbaye et de mettre ses qualités au service de tous. Gautier revint donc à Pontoise et assura sa charge jusqu'à sa mort en 1099 sans plus chercher à s'enfuir.
Sa tombe devint bientôt l'objet de pèlerinages et des miracles se produisirent. Gautier fut canonisé en 1153. Le roi Louis IX avait une vénération particulière pour ce saint (voir le vitrail plus bas).

Absidiole du bas-côté sud
Absidiole du bas-côté sud
On remarquera la poupée habillée de mauve sur l'autel
de droite (voir le commentaire ci-après).
vitrail dans la chapelle de l'entrée
Vitrail floral dans
la chapelle d'entrée
"Le mariage mystique de sainte Catherine"
«Le mariage mystique de sainte Catherine» est daté du XVIIe siècle.
D'après les historiens d'art, l'auteur (inconnu) s'est inspiré d'un tableau de
Nicolas Poussin, «La Sainte Famille», exposé au Louvre, notamment pour les couleurs.
Chérubin dans un vitrail
Notre-Dame en poupée habillée
Poupée habillée de la Vierge Marie
Autel du bas-côté sud

Archétype des grands vitraux de la nef
Aspect général des vitraux des bas-côtés de l'église Notre-Dame
Niveau supérieur : deux anges présentent la légende des vitraux historiés du milieu
Niveau inférieur : quatre lancettes ornées de motifs géométriques et votifs
Ci-dessus : «Vœu de Ville de Paris en 1580» et «Louis IX se vouant à Notre-Dame de Pontoise»

Chérubin dans un vitrail

Chérubin dans un vitrail
Représentations très originales
de chérubins ailés dans
les vitraux de la nef

La Vierge Marie en poupée habillée. Il n'est pas très fréquent de trouver une poupée habillée sur l'autel d'une église (vous pouvez en voir une autre dans le chœur de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers). Il est certain que ce genre d'ornement revêt avant tout un aspect folklorique - que les protestants, avec Luther, se sont empressés, à leur époque, de qualifier d'idolâtrie et de détruire partout où ils le pouvaient.
Pourtant cet ornement toujours magnifiquement drapé fait partie intégrante du culte catholique. Il s'inscrit dans la mémoire collective des fidèles et de leur besoin d'adoration et de contemplation. Tout comme pour les statues et les tableaux. L'Histoire nous montre qu'un souverain - même catholique - qui décide de s'y attaquer au nom de la lutte contre la «superstition» s'attire une opposition tenace de la part de ses sujets.
Il en est ainsi de la politique de l'empereur d'Autriche Joseph II - le protecteur de Mozart - vers la fin du XVIIIe siècle. A la mort de sa mère, l'impératrice Marie-Thérèse, en 1780, il détient seul le pouvoir et accélère le rythme des réformes initiées du vivant de sa mère.

Il inaugure une politique qualifiée de «joséphisme» par les historiens : créer un état centralisé, uniforme avec un droit unique en mettant à bas les structures féodales et les privilèges partout où ils se trouvent - et en avançant à marche forcée sans s'occuper des oppositions.
En matière religieuse, c'est un janséniste, partisan d'une foi pure et dépouillée. Il donne l'ordre de faire disparaître des églises tout ce qui n'est pas jugé indispensable au culte : reliques, tablettes votives, peintures, statues ainsi que les fameuses poupées habillées représentant la Vierge Marie... Ces mesures unilatérales et énergiques provoqueront (avec d'autres) l'incompréhension générale (notamment de la classe paysanne pourtant sensée être la grande bénéficiaire des réformes). Joseph II s'éteindra en 1790 - presque au soulagement général de ses sujets. Ses successeurs tireront un trait sur tout qu'il aura accompli...

Source : «Joseph II and Enlightened Despotism» de T.C.W. Blanning (Longman)

Ange dans un vitrail
Ange présentant la légende : «Philippe Auguste veut une paroisse-1226-Roger 1er curé»
Ces vitraux d'anges ne sont pas grands, mais il faut
reconnaître qu'ils sont très travaillés.
Vitrail floral
Ange dans un vitrail
Ange présentant la légende : «Vœu de la Ville de Pontoise en 1638»
«««----- À GAUCHE, vitrail floral de la chapelle d'entrée
Le choeur de Notre-Dame de Pontoise
Le chœur de Notre-Dame de Pontoise (toute fin du XVIe siècle). Les vitraux sont à motif floraux.
À DROITE, vitrail «Vœu de la Ville de Paris en 1580, renouvelés en 1873» (début du XXe siècle) ---»»»
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Vitrail «le vœu de Pontoise»
Vitrail "L'enfant mort-né présenté à la Vierge de Pontoise"
«L'enfant mort-né présenté à la Vierge de Pontoise»
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Chapelle à l'entrée de l'église
Chapelle dans l'entrée de l'église où trône une statue de la Vierge du XIIIe siècle,
appelée «Notre-Dame-de-la-Santé»
Cette statue est à l'origine du vœu de Pontoise et des pèlerinages.
Vitrail "Pèlerinage à la Vierge de Pontoise"
«Pèlerinage à la Vierge de Pontoise»
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Statue de la Vierge dans la chapelle de l'entrée

En 1638 une épidémie de peste ravage la France et se rapproche de Pontoise. Affolés, le conseil de la ville et les habitants demandent à la Vierge que l'épidémie épargne leur ville. Ils s'engagent à offrir une statue d'argent à Marie, à installer une image de la Vierge à chacune des entrées de la cité et à faire une procession tous les ans. La procession parcourut les rues de la ville depuis Saint-Maclou jusqu'à la Vierge de Notre-Dame.
Pontoise est sauvé. On dit que, parmi les paroisses du voisinage, celles qui invoquèrent Marie furent sauvées elles aussi (Villiers-Adam, Saint-Ouen-l'Aumône, Houilles, etc.).
Le vœu de Pontoise a été respecté et l'est toujours. Il y a toujours une statue de la Vierge aux quatre entrées principales de la ville. Trois vitraux de l'église Notre-Dame lui sont consacrés (on en donne deux ci-dessus).
Les grands personnages du royaume ainsi que les souverains viendront en pèlerinage à Pontoise. Des guérisons y sont rapportées.

À gauche, statue de la Vierge dans la chapelle de l'entrée.
À droite, détail du vitrail du «vœu de Pontoise en 1638» dans la cathédrale Saint-Maclou de Pontoise (cliquez sur l'image).

Vitrail, "Procession de 1638", cathédrale Saint-Maclou

Autels dans l'absidiole du bas-côté nord Tableau "L'adoration des mages"
Tableau «L'adoration des Mages», XVIe siècle

«««--- À GAUCHE
Absidiole du bas-côté nord. A gauche, l'autel du Saint Sacrement
Vitrail "Louis IX se voue à la Vierge de Pontoise"
Louis IX se recueillant sur le tombeau de saint Gautier (vitrail de la nef)
Cliquez sur l'image pour l'afficher en gros plan.
Tableau "La bénédiction de Jacob"
Tableau «La Bénédiction de Jacob»
Vue de la nef avec l'orgue
Vue de la nef depuis le chœur.
Le buffet d'orgue a été construit en 1639 par le maître-sculpteur Nicolas Duchâtel et acheté par la paroisse Notre-Dame en 1808.

Documentation : «L'église Notre-Dame», brochure disponible dans l'église
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE