Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en juin 2011
Vitrail de l'Annonciation (détail)

L'église Notre-Dame-des-Victoires a pris la succession d'une petite chapelle, dédiée à Notre-Dame, construite au XVIIe siècle et agrandie, dans de mauvaises conditions, en 1842. Dans les années 1880, on décida la construction d'une véritable église financée par le legs d'une paroissienne, Marie Guitton, décédée en 1883. Mais une longue procédure judiciaire s'ensuivit et le legs se vit réduit de moitié. L'appel aux dons fut indispensable : la générosité des paroissiens couvrira près de la moitié de la dépense. Néanmoins il fallut couper dans le projet... et le clocher disparut des plans.
L'architecte Auguste Beignet, déjà auteur d'autres édifices en Anjou, fut chargé de la construction. Reconnaissons qu'il a fait un travail magnifique. Notre-Dame-des-Victoires est un édifice de style romano-byzantin, d'un équilibre architectural et esthétique très séduisant, baigné par une lumière intense. Indiscutablement une réussite.
Achevée en 1904, l'église a été enrichie dans les années 1930 et 1940 par les vitraux du chœur. Un volumineux baldaquin qui enchâssait le maître-autel a été supprimé dans le cadre de la réforme conciliaire de Vatican II.
En 1841, la paroisse de la première chapelle avait été affiliée à l'archiconfrérie de Notre-Dame-des-Victoires, créée en 1836. En 1960, l'église a obtenu le titre patronal du Cœur Immaculé de Marie sous le vocable de Notre-Dame-des-Victoires.

La nef de Notre-Dame-des-VictoiresCliquer pour afficher les vitraux de l'abside
Vue d'ensemble de l'église

Un point d'architecture. L'église Notre-Dame-des-Victoires, d'un style romano-byzantin très sobre, fait 64 mètres de long sur 25 de large. Son aspect extérieur bicolore résulte de l'association, en assises horizontales, de tuffeau et de moellons de schiste.
La nef comprend cinq travées séparées par des colonnes cylindriques assez minces (60 cm de diamètre), prolongées par trois autres travées dans le chœur. Hormis les chapiteaux à motifs végétaux sur leur sommet, l'absence de parement sur ces colonnes offre un très agréable contraste avec l'ensemble des décorations et des sculptures byzantines de la nef et du chœur. Ce contraste met idéalement en valeur le parement des voûtes bombées. Ces voûtes, construites en tuffeau, sont dites de style angevin ou

Plantagenêt. Enfin, la présence de vitraux en verre blanc dans la nef apporte une très grande luminosité à l'édifice. Ainsi présentée, l'église Notre-Dame-des-Victoires peut se vanter d'offrir un magnifique équilibre à la fois architectural, artistique et décoratif, aussi beau que reposant à l'œil.
La hauteur de la voûte (dite «sous clés») est de 18,50 mètres. À la croisée du transept, elle est de 22 mètres. L'église n'a pas de clocher.
Notons enfin que la frise qui parcourt toute l'église à mi-hauteur, au-dessus des fenêtres, et constituée d'entrelacs, retrace les litanies de la Vierge.

Vue extérieure de l'église
Vue d'ensemble : la façade et le côté droit
Le clocher de Notre-Dame-des-Victoires n'a jamais été construit.
Le chevet
Le chevet affiche un splendide style romano-byzantin.
Élévations et croisillon gauche du transept
Élévations et croisillon gauche du transept. Le vitrail est celui du Mariage de la Vierge donné ci-dessous.

À DROITE, Le portail de l'église est surmonté d'une statue ---»»»
de la Vierge à l'Enfant, malheureusement salie par les fientes de pigeons.
La façade
Vitrail «Le Mariage de la Vierge»
Vitrail dans le croisillon gauche du transept : « Le Mariage de la Vierge»
Il est signé «Maurice Mercier Angers 1904»
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
Les fonts baptismaux
Les fonts baptismaux
Magnifique cuve en marbre sculpté, à l'unisson des sculptures
romano-byzantines de l'église
Chapelles latérales droites
Suite de chapelles latérales droites
(Saint-Marcoul, Saint Jean-Marie Vianney, saint Antoine de Padoue)
Un évêque dans un vitrail
Chapelle latérale
Vitrail représentant
saint Jean Népomucène
Début XXe siècle
Cliquez sur le vitrail.
Sainte Cécile
Statue de sainte Cécile

Le chemin de Croix de Notre-Dame-des-Victoires est constitué de peintures très classiques, sans grande recherche stylistique. On attirera néanmoins l'attention sur la station «Jésus est condamné à mort» à gauche, en rappelant ce que représente cette condamnation pour la race humaine. «Qui a tué Jésus?» est une question fréquente. Derrière la responsabilité du Sanhédrin se cachent les conflits pour le pouvoir. Et ceci dans toutes les civilisations. Pour de plus amples développements, voir l'église Saint-Philippe-du-Roule à Paris.

Chemin de Croix
Chemin de Croix
«Jésus est condamné à mort»
Chemin de Croix
Chemin de Croix
«Sainte Véronique essuie la face de Jésus»
Une chapelle latérale droite
Chapelle latérale droite à l'entrée de l'église
Vitrail de saint Michel
Vitrail saint Michel Archange
Armoiries sculptées
Armoiries sculptées dans la pierre
dans la chapelle des fonts baptismaux

«««--- À GAUCHE, Vitrail de saint Michel terrassant le dragon
au-dessus de l'autel de la première chapelle latérale droite
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
La nef et le hœurCliquez pour afficher les vitraux de l'absideCliquez pour afficher «Jésus parmi les docteurs» en gros plan
La nef et le chœur
La frise qui court sous les fenêtres hautes retrace, avec des entrelacs, les litanies de la Vierge.
Bénitier
Bénitier sculpté dans la pierre
à l'entrée de l'église
Vitrail «Les Noces de Cana»
Les voûtes angevines
Les voûtes angevines
La partie gauche de l'image (qui voûte le bas-côté gauche de l'église)
donne une bonne illustration des voûtes angevines bombées.
«««--- À GAUCHE, Vitrail des Noces de Cana. Œuvre de Maurice Bordereau Angers, carton de Colpin.
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
Le chœur
Le chœur et son bel environnement romano-byzantin
Chapiteau dans la croisée
Chapiteau de la croisée du transept
Les quatre chapiteaux de la croisée du transept sont identiques et illustrent les symboles des quatre Évangélistes.
Ils sont disposés de manière différente de façon que chacun des symboles soit dirigé vers l'allée du transept.
Ici : le taureau de saint Luc et l'aigle de saint Jean
Chapiteau dans la croisée
Chapiteau de la croisée du transept. Ils illustrent les symboles des
quatre Évangélistes. Ici : l'homme de saint Mathieu et le lion de saint Marc
Vitrail «Jésus parmi les Docteurs de la Loi»
Vue partielle du vitrail : «Jésus parmi les docteurs de la Loi» (Maurice Bordereau)
Il comprend l'inscription : «En souvenir de Germaine Porcher, 1936»
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en totalité.
Le chœur et l'absideCliquez pour afficher les vitraux de l'abside en gros plan
Le chœur prend place au milieu de trois travées qui prolongent les cinq travées de la nef.
Il faut reconnaître que le style romano-byzantin de Notre-Dame-des-Victoires a su trouver un magnifique équilibre
entre la rigueur des lignes droites, le parement des façades et l'élégance des courbures.
Chapelle absidiale dans le chœur
Chapelle absidiale du Sacré-Cœur
Vitrail «Présentation de Marie au temple»
Vitrail dans le croisillon droit du transept : «Présentation de Marie au temple»
Il est de M. Bordereau, le dessin est dû à R. Livache des Ateliers Desjardins (début XXe siècle)
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
Vitrail de l'Annonciation
Vitrail de l'Annonciation
Dessin de Colpin, XXe siècle
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
Autel de la Vierge dans l'abside
Autel de la Vierge dans l'abside
Vitrail de la  Visitation
Vitrail de la Visitation
Œuvre de Maurice Bordereau, 1964
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
Statue de la Vierge
Autel de la Vierge dans l'abside
Statue de la Vierge
«««--- Cliquez sur les vitraux ---»»»
pour les afficher en gros plan
Vitrail «Le Couronnement de la Vierge»
«L'Assomption de la Vierge»
Œuvre de Maurice Bordereau, 1946
Vitrail «La Nativité»
«La Nativité«
Œuvre de Jacques Grubert
La coupole
La coupole sur trompes repose sur un tambour octogonal
Ici la voûte culmine à 22 mètres.
Vitrail «La dormition de la Vierge»
Vitrail dans l'abside
«La dormition de la Vierge»
Œuvre de Maurice Bordereau, 1946
Couronne dans le balcon de la façade
Couronne sur le balcon
de la façade interne
Vitrail de Jean-Baptiste prêchant
Chapelle de la Réconciliation
Vitrail de Jean-Baptiste prêchant
Chapelle de la Réconciliation
Chapelle de la Réconciliation dans le vestibule
Vitrail «Le Baptême de Jésus»
Chapelle de la Réconciliation
Vitrail «Le baptême de Jésus»
La nef et la façade
La nef et la façade vue du chœur
On remarquera le balcon qui court le long de la façade.

Documentation : Dépliants disponibles dans l'église + panneaux affichés dans le vestibule
PATRIMOINE CARTEPATRIMOINE LISTERetourner en HAUT DE PAGE