Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en janv. 2013
Ustensiles de médecine dans une vitrine

Au Moyen Âge, grâce aux foires de Champagne, Troyes était une ville prospère. Il y avait plusieurs Hôtel-Dieu. Celui qui nous occupe ici et dont on visite l'apothicairerie a succédé à un premier hôpital créé au XIIe siècle par le 9e comte de Champagne, Henri Ier dit le Libéral. C'était l'Hôtel-Dieu Saint-Étienne, bâti en bois. À la fin du XVIIe siècle, il menace ruine. Il est reconstruit en pierre à partir de 1702 sous le nom d'Hôtel-Dieu-le-Comte et ne sera réellement achevé qu'en 1764. L'apothicairerie de l'Hôtel-Dieu est le premier bâtiment à sortir de terre. Sous Louis XVI, l'hôpital est regardé comme l'un des plus beaux de France sous le rapport de l'architecture et de la décoration. Mais d'autres gens s'alarment : l'édifice a coûté très cher à construire et, dès la fin du siècle, ses capacités se révèlent insuffisantes.
Au Moyen Âge, les hôpitaux de Troyes sont tenus par des moines et des moniales de l'ordre de Saint-Augustin. À la Renaissance, l'administration se laïcise : des notables de la ville les remplacent petit à petit. Point de médecins avant le XVIe siècle. En 1765, une école de chirurgie s'ouvre dans la cité, mais ce n'est qu'en 1875 que l'Hôtel-Dieu-le-Comte se dote d'un service chirurgical. Les sources indiquent que, au XIIe siècle, les hôpitaux accueillaient les pauvres de passage, les malades et les femmes en couche, puis, à la Renaissance, les enfants trouvés et les incurables. Enfin, au XVIIIe, on y verra aussi les nouveau-nés abandonnés et les soldats malades ou blessés.
L'apothicairerie de Troyes comprend la salle de stockage (photo ci-dessous) et la salle de préparation. C'est une des plus belles de France, et l'une des plus riches. On pourra voir une apothicairerie plus petite à l'Hôtel-Dieu de Tournus.

«Silènes» rangées sur les étagères
Vue d'ensemble de la salle de stockage avec ses pots de faïence et  ses boîtes
Vue d'ensemble de la salle de stockage avec ses pots de faïence et ses boîtes

La salle de stockage est une grande pièce d'environ huit mètres de côté et de cinq mètres de hauteur sous plafond. Elle apparaît aux visiteurs comme lors de son installation au début du XVIIIe siècle. Les boiseries sont d'époque Louis XIV. Mais il est vraisemblable que l'ordonnancement des objets a été modifié à de multiples reprises.

Fontaine à thériaque
Fontaine à thériaque
Mortier en bronze
Mortier en bronze
Décoré de fleurs de lys, il porte la date de 1634,
Albarello
Albarello
France, XVIe et XVIIe siècles
Albarello
Albarello
France, XVIe et XVIIe siècles

La fontaine à thériaque est un vaste récipient en étain destiné à recevoir des substances diverses : sirop, miel, vin, pulpes végétales, y compris de la chair de vipère. Le tout, bien mélangé, donnait un liquide qui servait de panacée pour tout soigner. Au XVIIIe siècle, on y agglomérait 72 drogues, dont beaucoup d'épices. La fontaine à thériaque est l'un des plus anciens remèdes de pharmacopée. Elle aurait été inventée par Andromaque, médecin de l'empereur Néron.

Pot en faïence «La Légende de Notre–Dame–de–Liesse»
«La Légende de Notre-Dame-de-Liesse»
Faïence de Nevers
Pot en faïence «La Légende de Notre–Dame–de–Liesse»
«La Légende de Notre-Dame-de-Liesse»
Faïence de Nevers

La Légende de Notre-Dame-de-Liesse vient de Soissons. Elle est illustrée sur deux vases en faïence de Nevers. Le sultan d'Égypte veut convaincre trois chevaliers picards, qui sont ses prisonniers, d'embrasser la religion de Mahomet. Peine perdue. Sa fille Ismérie essaie à son tour, mais c'est elle qui abandonne l'Islam. En effet, les chevaliers avaient commencé à sculpter une statue de la Vierge dans leur prison et un ange était venu la nuit finir l'œuvre qui, bien sûr, est magnifique. Ismélie, frappée par la beauté de la sculpture, embrasse la foi chrétienne et repart avec eux en France. Sur le second vase, la scène est près de Soissons. La petite statue devient soudain très lourde. Il est impossible de la déplacer. Les chevaliers et Ismérie interprètent ce prodige comme un signe divin : la Vierge demande à être honorée en ce lieu même. Le sanctuaire Notre-Dame-de-Liesse est alors élevé. Source : «Apothicairerie de l'Hôtel-Dieu-le-Comte, guide de visite»

Vase avec anses
Vase avec anses
Faïence de Nevers
Boite médicinale appelée «silène»
Boîte médicinale appelée «silène»

À côté du bois et de la faïence, le verre a fait son apparition plus tardivement pour stocker les produits. Au XIXe siècle, on s'est rendu compte qu'on pouvait facilement le stériliser, ce qui garantissait de meilleures conditions d'hygiène.
Les pièces en étain servaient aux malades : assiettes, gobelets, pichets, grands pots à tisane. L'apothicairerie en possède quelques pièces remarquables : cimarre (voir photo ci-dessous), marmite américaine (avec double couvercle), plat rond à trous (pour égoutter la tisane ou d'autres produits?), canard (sorte de théière au long bec qui permettait aux malades de boire en restant allongés). Voir les dangers de l'étain à la page de l'Hôtel-Dieu de Tournus.

Mortier en bronže avec anses à tête de mouton
Mortier en bronze avec anses à tête de mouton
Boite médicinale «silène»
Boîte médicinale en bois peint ou «silène»

Les silènes : c'est le nom qu'on donne aux boîtes de bois peint servant à conserver les «simples», c'est-à-dire les plantes élémentaires, considérées comme médicinales que l'on fait pousser dans les jardins. L'apothicairerie de Troyes en compte 319, datant du XVIIIe siècle : c'est une collection unique en France. Ces boîtes sont de taille moyenne : 30 à 60 cm de long et 20 à 30 cm de haut. Il y a aussi des silènes cylindriques directement creusées dans une section de tronc d'arbre. Dans le prologue de Gargantua, Rabelais rappelle que ce nom de silène était utilisé jadis pour désigner des petites boîtes contenant des produits dont on dirait aujourd'hui qu'ils sont destinés à redonner goût à la vie. N'oublions pas que Silène était aussi le nom du compagnon de jeu de Bacchus, enfant.

Boite médicinale, «silène»
Boîte médicinale ou «silène»
Bouteilles de verre sur une étagère.
Bouteilles de verre sur une étagère.
Stérilisables, elles assuraient de meilleures conditions d'hygiène.
Récipients, plats et écuelles en étain
Récipients, plats et écuelles en étain
À gauche, une cimarre (aiguière à poignée mobile avec couvercle)
Au centre, deux «canards»
Deux murs de rangement dans la salle de stockage avec l'escabeau monté  sur roulettes
Deux murs de rangement dans la salle de stockage avec l'escabeau monté sur roulettes
Deux étagères avec pots–canons (en bas) et chevrettes (en haut) en faïence
Deux étagères avec pots-canons (en bas) et chevrettes (en haut) en faïence
Albarello
Albarello
Albarello
Albarello
France, XVIe et XVIIe siècles
(photo ci-dessus et celle de gauche)

L'apothicairerie de Troyes possède un éventail complet des récipients utilisés jadis pour le stockage des denrées médicinales : le plus ancien, l'albarello, puis au XVIIe et XVIIIe siècles, les pots-canons, les chevrettes et les piluliers.
a chevrette est un pot en faïence traditionnel dans les apothicaireries. Le nom vient du bec verseur qui évoque la corne d'un chevreuil. Le pot était prévu pour recevoir des liquides visqueux. La chevrette servait aussi de signe distinctif pour les apothicaires. À partir du XVIe siècle, les épiciers n'eurent pas le droit d'en posséder, sous peine d'amende. Les apothicaires avaient coutume d'en mettre une ou plusieurs à la fenêtre de leur officine pour bien marquer leur qualité.
Le pot-canon possède un corps cylindrique (un peu en forme de canon), resserré en son milieu pour mieux le tenir en main. La plupart du temps, il a un piédouche et surtout un bourrelet au col qui permet d'y fixer un couvercle souvent fait de tissu ou de parchemin. On n'y stockait pas des produits bruts directement tirés des jardins, mais des onguents, substances déjà bien travaillées et qui sont les ancêtres de nos pommades. Le pilulier est un pot-canon plus petit (voir la photo du bas de cette page) qui contenait des pilules de toutes substances,

réduites en poudre.
Au milieu de la faïence bleue sur fond blanc de Nevers, l'alberello apportait une touche de couleurs. Cet ancêtre de la chevrette et du pot-canon est apparu en Europe au XIIe siècle, venant du Moyen-Orient. La pharmacopée des Arabes était en avance sur celles des Européens. L'albarello était un récipient massif et solide qui servait à la conservation des denrées solides et visqueuses, mais aussi à leur transport. Son corps cylindrique était légèrement étranglé pour mieux le tenir ; son orifice était doté d'un bourrelet pour y fixer un couvercle : deux fonctionnalités déjà vues pour le pot-canon puisque celui-ci en est le descendant direct. Le pot-canon dispose d'un piédouche (pour faire joli) car il n'est pas destiné au transport.
Les albarelli de la salle de stockage ont été fabriqués en France aux XVIe et XVIIe siècles à Lyon et dans le sud de la France. Ceux de l'ancienne salle de préparation proviennent de pays européens divers (Espagne, Italie, Pays-Bas, etc.) Soulignons que toutes ces pièces historiques colorées proviennent du legs qu'un pharmacien et collectionneur de Troyes, Jean-Marie Denis, fit aux musées de la ville en 1980.
Source : «Apothicairerie de l'Hôtel-Dieu-le-Comte, guide de visite»

L'ANCIENNE SALLE DE PRÉPARATION
Vue d'ensemble de l'ancienne salle de préparation
Vue d'ensemble de l'ancienne salle de préparation
S'y côtoient récipients et ustensiles de médecine d'un côté, et reliquaires et bustes de l'ancienne chapelle de l'Hôtel-Dieu-le-Comte de l'autre.
Grande vitrine de majoliques
Grande vitrine de majoliques
Les albarelli de cette vitrine viennent de pays européens, hors France.
Vitrine avec balance, mortiers et livres
Vitrine avec balance, mortiers et livres
Petit mortier utilisé pour broyer les substances
Petit mortier utilisé pour broyer les substances

On ne peut visiter une apothicairerie des siècles passés sans se souvenir de quelques recettes abracadabrantes, censées soigner telle ou telle «humeur», à base d'excréments, de bave, de peau de batracien ou d'ongles de cervidés. Bien sûr, les livres exposés dans la vitrine donnée dans la photo ci-dessus ne dérogent pas à la règle. Le petit livret de visite qu'on peut acquérir à l'accueil de l'apothicairerie donne par exemple ce remède, à l'époque de Molière, pour guérir les malades des nerfs ou la sciatique : «Prenez deux petits chiens nouveau-nés. On les coupera en morceaux, on les mettra dans un pot vernissé avec une livre de vers de terre bien vivants... Faites bouillir pendant deux heures jusqu'à ce que les vers soient bien cuits.» Les livres de recettes médicales de l'ancien temps ressemblaient plutôt à un grimoire de sorcière!
Mais le livret du visiteur donne néanmoins un remède viable : lors du sevrage des bébés, les nourrices devaient boire une tisane de feuilles de sauge pour arrêter les montées de lait.
Source : «Apothicairerie de l'Hôtel-Dieu-le-Comte, guide de visite»

Buste reliquaire de saint Florentin
Buste reliquaire de saint Florentin
École troyenne, XVIe siècle, bois polychromé et doré
Buste reliquaire de sainte Marguerite
Buste reliquaire de sainte Marguerite
début du XVIe siècle
Vase avec anses «Aqua maluat»
Vase avec anses «Aqua maluat»
Faïence de Nevers
Faïence de Nevers
Grande potiche avec deux têtes d'homme
Maquette d'une apothicairerie au XIXe siècle
Maquette d'une apothicairerie au XIXe siècle (Legs de J.-M. Denis en 1980)
Vase de pharmacie avec Esculape, le dieu de la médecine
Vase de pharmacie avec Esculape, le dieu de la médecine
Porcelaine de Paris
XIXe siècle
Reliquaires : à gauche, châsse de saint Barthélémy 1520, cuivre doré
Reliquaires : à gauche, châsse de saint Barthélémy 1520, cuivre doré
À droite, châsse Sante Marguerite XVIIIe siècle, bois doré
(Ils proviennent de la chapelle de l'Hôtel-Dieu-le-Comte)
Vue d'ensemble de l'ancienne salle de préparation
Vue d'ensemble de l'ancienne salle de préparation
Deux murs couverts de pots dans la salle de stockage Deux murs de l'apothicairerie
À droite, on voit une étagère où alternent les pots-canons et les piluliers (plus petits)

Documentation : «Apothicairerie de l'Hôtel-Dieu-le-Comte, guide de visite», brochure en vente à l'accueil
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE