Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en juil. 2020
Piéta d'Ernest Bussière (1863-1913), détail

Un panneau d'information dans l'église Saint-Pierre souligne qu'elle est considérée comme l'un des plus beaux édifices religieux de Nancy «par la pureté et la rectitude de ses lignes architecturales.» L'un des plus beaux de Nancy peut-être, mais pour la pureté et la rectitude des lignes, c'est aller un peu vite dans l'exaltation. On dira simplement que l'église Saint-Pierre représente le type standard dans la catégorie des grandes églises néogothiques à laquelle on peut rattacher la basilique Sainte-Clotilde à Paris. Sans oublier que bien des amateurs d'architecture gothique n'ont que mépris pour ce type d'édifice...
Saint-Pierre, église massive et imposante, a été érigée de 1865 à 1885. Elle accuse 72 mètres de long et 25 mètres de haut sous les clés de voûte de la nef. Son trio d'architectes porte les noms de Vautrin, Cuny et Rougieux. L'aboutissement de la construction doit beaucoup au zèle du curé de l'époque, Nicolas Heymes ainsi qu'à la générosité sonnante et trébuchante de l'évêque de Nancy, Mgr Trouillet. L'histoire de l'église n'a pas gardé la trace de l'impact qu'aurait pu avoir l'absorption de l'Alsace-Moselle par l'Allemagne de Bismarck en 1871, propulsant Nancy au rang de grande capitale de l'Est. Les plans ont-ils été modifiés ? L'édifice a-t-il été agrandi ? À l'inverse, la guerre a-t-elle tari les sources de financement, ralenti la construction, conduit à simplifier les plans ? Mystère.
L'église est orientée sud-ouest - nord-est. Il est vraisemblable qu'elle possède une ossature métallique recouverte de moellons. Ce type de construction, inauguré avec l'église parisienne de Saint-Eugène dans les années 1850, possédait un triple avantage : il était rapide, peu coûteux et très solide. L'absence d''arcs-boutants est à cet égard symptomatique.
Le faubourg Saint-Pierre date du début du XVIIIe siècle. Dans Nancy, 1000 ans d'Histoire, Françoise Boquillon écrit : «À proximité des remparts, deux faubourgs connurent à la même époque [début du XVIIIe siècle] une rapide extension : au sud, de la porte Saint-Nicolas à la chapelle de Bonsecours s'édifièrent de nombreuses maisons qui constituèrent le faubourg Saint-Pierre.» Le second faubourg est celui des Trois-Maisons. Avec la paix revenue en Europe et assurée, bon an mal an, par la gestion pateline de la France par le cardinal de Fleury et de l'Angleterre par Robert Walpole, le duché indépendant de Lorraine en profita et s'enrichit. Nancy se développa ; la population s'accrut. Les deux nouveaux faubourgs réclamèrent bientôt chacun une église succursale. Leur construction fut confiée à l'architecte Jean-Nicolas Jennesson qui venait d'achever l'église Saint-Sébastien et qui habitait d'ailleurs le faubourg Saint-Pierre. Au faubourg des Trois-Maisons, ce fut Saint-Vincent-Saint-Fiacre, église consacrée en 1731 ; à Saint-Pierre, l'église du même nom ne fut consacrée qu'en 1737 sous le double vocable de saint Pierre et de saint Stanislas. L'église Saint-Pierre actuelle fut érigée en remplacement de cette ancienne église à partir de 1865.
L'église Saint-Pierre possède quelques beaux retables du XIXe siècle. Les vitraux, créés par un atelier bavarois, représentent des saints et des saintes sous des dais, à la façon du XVe siècle. D'autres illustrent des scènes archéologiques traditionnelles comme l'Adoration des mages ou l'Adoration des bergers. On voit peu d'œuvres d'art dans l'église, mise à part une émouvante Piéta du sculpteur Ernest Bussière (1863-1913).

Saint Léon IX dans un vitrail du chœur
La nef et le chœur de l'église Saint-Pierre
La nef et le chœur de l'église Saint-Pierre.
Vue d'ensemble de l'église Saint-Pierre
Vue d'ensemble de l'église Saint-Pierre.
Statue de saint Matthieu sur la façade
Statue de saint Matthieu
sur la façade.
Statue de saint Jean sur la façade
Statue de saint Jean
sur la façade.
Saint Pierre sur le pignon de la façade
Saint Pierre
sur le pignon de la façade.
Élévations sud près du transept avec le bas–côté sud
Élévations sud près du transept avec le bas-côté sud.
Chapiteaux néogothiques
Chapiteaux néogothiques à thème floral.
Le bas-côté sud et le monument à Sainte-Philomène
Le bas-côté sud et l'édicule à sainte Philomène.
Monument à sainte–Philomène dans le bas–côté sud
Édicule à sainte Philomène dans le bas-côté sud.

Sainte Philomène est un personnage controversé de l'Église catholique. Son existence n'a pas été formellement prouvée et sa présence est rare dans les églises. Philomène aurait été martyrisée sous l'empereur Dioclétien. Les supplices raffinés qu'elle aurait subis ne suffisant pas à la tuer, elle aurait fini décapitée. Ce riche édicule néogothique à sa gloire, dans le bas-côté sud, est sûrement la marque d'une dévotion particulière d'un prélat de l'église Saint-Pierre à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe.

Les tours de l'église. La tour sud n'a jamais été achevée.
Les tours de l'église. La tour sud n'a jamais été achevée.
La tour achevée est l'œuvre de l'architecte Rougieux.

Architecture interne de l'église Saint-Pierre.
Cette architecture n'a rien d'exceptionnel. Elle est conforme à l'architecture des grands édifices néogothiques bâtis dans la seconde moitié du XIXe siècle. On pourra consulter à ce titre la basilique Sainte-Clotilde dans le 7e arrondissement de Paris, dont la nef rappelle de celle de Saint-Pierre de Nancy.
L'élévation de la nef et du transept de Saint-Pierre est à deux niveaux et culmine à vingt-cinq mètres de haut au niveau des clés de voûte. Le premier est constitué de très hautes arcades en tiers-point avec un intrados plat, sans aucune ornementation. Le second comprend un faux triforium de petites arcatures trilobées, surmonté de grandes fenêtres. Les architectes ont opté pour une cassure de l'élévation au moyen d'une petite corniche qui sépare nettement les deux niveaux. Un bloc de petits chapiteaux néogothiques à thème floral interrompt la montée des colonnettes des piles, montée qui se poursuit jusqu'à la retombée des voûtes d'ogives, marquée elle aussi par la présence de petits chapiteaux. Celle-ci se fait à mi-hauteur des fenêtres hautes, ce qui contribue à aérer un peu l'espace.
Les bas-côtés sont larges et voûtés d'ogives. Un haut muret recevant une série d'arcatures aveugles occupe la partie inférieure. Sur les deux niveaux de l'élévation, la verrière est ornée de thèmes géométriques divers, mais qui laissent au blanc une part importante. Ce qui explique la luminosité appréciable de la nef. Les vitraux à grands personnages et à thèmes archéologiques sont réservés aux chapelles du transept et au chœur.

Les fenêtres hautes et le faux triforium
Les fenêtres hautes et le faux triforium.
Exemple de vitrail à thème géométrique dans les fenêtres hautes
Vitrail à thème géométrique dans une fenêtre de la nef.
Thème géométrique des fenêtres hautes
Thème géométrique
des fenêtres de la nef.
Statue de la sainte Philomène
Statue de sainte Philomène.
Thème géométrique des fenêtres hautes
Thème géométrique
des fenêtres de la nef.
La chaire à prêcher
La chaire à prêcher néogothique.
Bas–côté nord. Dans le fond, la chapelle des Âmes du Purgatoire
Le bas-côté nord.
Dans le fond, la chapelle des Âmes du Purgatoire.
À DROITE ---»»»
Le monument aux Morts est orné d'une
Vierge de Pitié d'Ernest Bussière (1863-1913) dans le bas-côté nord.
Le cuve de la chaire à prêcher est ornée des vertus théologales (Foi, Espérance et Charité)
Le cuve de la chaire à prêcher est ornée des vertus théologales (Foi, Espérance et Charité).
Confessionnal néogothique Les fonds baptismaux
Les fonds baptismaux.

«««--- Confessionnal néogothique.
Vierge de Pitié d'Ernest Bussière (1863-1913) dans l'avant-nef
LE TRANSEPT ET SES DEUX AUTELS NORD ET SUD
Le bras sud du transept et la chapelle Saint-Joseph
Le bras sud du transept et la chapelle Saint-Joseph.
Le retable de la chapelle Saint-Joseph dans le bras sud du transept
Le retable de la chapelle Saint-Joseph dans le bras sud du transept.
Sainte Philomène et sainte Agnès
Sainte Philomène et sainte Agnès.
Saint Nicolas et saint Léon IX
La voûte du transept
La voûte du transept.
Retable de la chapelle de la Vierge dans le bras nord du transept
Retable de la chapelle de la Vierge dans le bras nord du transept.

Sainte Élisabeth de Hongrie, détail ---»»»

«««--- Saint Nicolas et saint Léon IX.
La Vierge tenant l'Enfant, détail
La Vierge tenant l'Enfant, détail.
Sainte Élisabeth, détail
QUATRE VITRAUX HISTORIÉS
Moïse referme les eaux de la Mer rouge sur les soldats de Pharaon
Moïse referme les eaux de la Mer rouge sur les soldats de Pharaon.
Moïïse referme les eaux de la Mer Rouge sur les soldats de Pharaon, détail
Moïse referme les eaux de la Mer Rouge sur les soldats de Pharaon, détail.
La guérison du paralytique
La guérison du paralytique.
La résurrection de Lazare
La résurrection de Lazare.
La Mort de saint Joseph
La Mort de saint Joseph.
LE CHŒUR
Le chœur et la chapelle absidiale sud
Le chœur et la chapelle asidiale sud.
Le maître-autel néogothique
Le maître-autel et son retable néogothique.
Saint Pierre et saint Paul dans le vitrail de la baie axiale Statue de saint Paul dans le maître-autel
Statue de saint Paul dans le retable
du maître-autel.


«««--- Saint Pierre et saint Paul
dans le vitrail de la baie axiale.
L'entrée du chœur
La voûte du chœur et de la croisée du transept
La voûte du chœur et de la croisée du transept.


«««--- L'entrée du chœur
et ses impressionnantes élévations
néogothiques coiffant les chapelles absidiales.
Sainte Marthe
Sainte Marthe.
Sainte Barbe et sainte Cécile
Sainte Barbe et sainte Cécile.
Sainte Madeleine
Sainte Madeleine.
Chapelle absidiale sud Sainte-Marguerite-Marie
Chapelle absidiale sud Sainte-Marguerite-Marie.
Sainte Anne et la Vierge
Sainte Anne et la Vierge.
Le chœur et ses grandes fenêtres ornées de vitraux pastiches  du XVe siècle
Le chœur et ses grandes fenêtres ornées de vitraux, pastiches du XVe siècle.
Sainte Clotile et sainte Geneviève
Sainte Anne et la Vierge, détail
Sainte Anne et la Vierge, détail.





«««--- Sainte Clotile et sainte Geneviève.
Retable de la chapelle des Âmes du Purgatoire (absidiale nord)
Retable de la chapelle des Âmes du Purgatoire (absidiale nord).
Saint Vincent de Paul
Saint Vincent de Paul.
Retable de la chapelle Sainte-Marguerite-Marie
Retable de la chapelle Sainte-Marguerite-Marie.
Le Sacré-Cœur apparaît à sœur Marguerite-Marie Alacoque
au monastère de Paray-Le Monial au XVIIe siècle.
L'Adoration des mages
L'Adoration des mages.
L'Adoration des bergers
L'Adoration des bergers.
L'Adoration des mages, scène historiée
L'Adoration des mages, scène historiée.
Saint Martin et saint Epvre
Saint Martin et saint Epvre.
(L'intervalle entre les personnages
a été réduit.)
Le chœur néogothique de l'église Saint-Pierre
Le chœur néogothique de l'église Saint-Pierre.
La porte néogothique de la façade L'orgue de tribune
L'orgue de tribune.

Il est l'œuvre du facteur d'orgue Haerpfer-Ermann et date de 1965.

«««--- La porte néogothique de la façade avec la croix de Lorraine au-dessus de la grande porte.
Vue d'ensemble de l'église depuis la croisée du transept
Vue d'ensemble de la nef depuis la croisée du transept.

Documentation : panneau d'information dans la nef
+ Nancy, 1000 ans d'Histoire, éditions Place Stanislas, 2008.
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE