Accueil
Histoire navale
Céramique
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  PATRIMOINE
Châteaux, palais,
  Eglises, monuments
Est Ouest Sud-Ouest Nord IdF Sud-Est Centre-OuestCentre-Est
RÉGIONS


 Contact
Page créée en 2011
Enrichie en 2013
Statue de sainte Agnès

Avec l'église Saint-Rémi, Saint-Nicolas de Troyes peut s'enorgueillir de compter parmi les plus séduisantes églises de la ville. C'est véritablement un musée des Beaux-Arts du Moyen Âge et du début de la Renaissance.
Sa construction commença après l'incendie de 1524 et s'acheva vers 1590. Adossée au rempart, l'église ne reçut de façade qu'au milieu du XIXe siècle, quand le rempart qui entourait la ville fut détruit. Elle compte quelques éléments de statuaire remarquables ainsi qu'une série de vitraux du XVIe siècle en grisaille rehaussée d'or, vitraux qui malheureusement ont subi l'outrage du temps. La galerie des vitraux permet néanmoins de les afficher en grand format.
Même si elle ne possède pas de déambulatoire, Saint-Nicolas affiche fièrement ses trois beaux autels à son abside plate, tous trois mis en valeur par des vitraux refaits vers 1900. Si on ajoute les vitraux latéraux voisins, on aboutit à un espace qui se voue magnifiquement au recueillement pieux et à la contemplation artistique. Cette page donne plusieurs images de la nef en grand format pour vous permettre d'apprécier pleinement l'atmosphère de cette église.

La nef
Vue d'ensemble de la nef de Saint-Nicolas
La façade et le côté sud
La façade (qui est l'entrée de l'église) et le côté sud
Initialement la façade était accolée au rempart.
Quand celui-ci fut détruit en 1840, on construisit
l'entrée actuelle en style néo-Renaissance.
David
David
Isaïe
Isaïe
Le portail méridional
Portail méridional de style Renaissance
(vers 1550)

Deux statues de David et Isaïe entourent un Christ
en croix (qui a été retiré du portail).
À noter qu'une cuve baptismale remplace
la traditionnelle tête d'Adam.

Historique. À l'emplacement de l'église actuelle, une première chapelle Saint-Nicolas a été détruite dans le grand incendie de 1524. Les marchands décidèrent alors de financer la construction d'une nouvelle église Saint-Nicolas : accolée au rempart, on y entrerait par une porte latérale. L'église est terminée à la fin du XVIe siècle. Les deux chapelles du Calvaire et du Sépulcre (bâties au tout début du XVIe siècle) ont toujours été l'objet d'une grande dévotion, qui se traduisait par de nombreux pèlerinages. Après l'incendie, elles furent restaurées rapidement (sans doute parce qu'elles permettaient de récolter pas mal d'aumônes...). Pour bien faire, en décembre 1524, le pape Clément VII intervint en personne : les dons seraient attachés à des indulgences de grande ampleur. La reconstruction de ces deux chapelles commença en 1536 (Source : Corpus Vitrearum).
Quand le rempart a été détruit en 1840 et l'avenue Victor-Hugo ouverte, la façade actuelle a été rajoutée. Elle supporte la chapelle du Calvaire, visible sur le devant avec ses deux grandes baies vitrées.
Il est rare de trouver une église qui offre un si fort contraste entre l'extérieur - presque une forteresse - et l'intérieur qui resplendit de nombreuses beautés artistiques dans une atmosphère «vieilles pierres» très envoûtante.

La nef vue du narthex
La nef vue du narthex
Présentation de Marie au temple
Sculpture «Présentation de Marie au temple» (Époque Renaissance)

Les vitraux de Saint-Nicolas. L'église compte dans la nef de magnifiques vitraux en grisaille rehaussée d'or du XVIe siècle. Le plus intéressant - car le moins abîmé - est le vitrail de l'hostie. Sur l'autre bas-côté se trouvent le vitrail de l'histoire de Tobie et celui de l'histoire de saint Yves. Ces deux vitraux ont été très endommagés par le temps. Les parties restaurées ne permettent pas toujours de comprendre la nature des scènes représentées.
On trouve aussi des vitraux colorés, d'un autre style, bien que remontant à la même époque : le vitrail des Béatitudes (extraits ci-contre) et celui de la vie de saint Claude dans l'abside ; «Marie en gloire entre les docteurs», la «Transfiguration» et la «Résurrection» au deuxième niveau de l'élévation.
On note aussi la présence de la partie supérieure d'un Arbre de Jessé de 1534. Originalité : il allie la généalogie de la Vierge (évangile de Matthieu) à celle de Joseph (évangile de Luc).

Vitrail des Béatitudes
Vitrail des Béatitudes (1534), détail
(appelé aussi vitrail de Toussaint)
Vitrail des Béatitudes
Vitrail des Béatitudes (1534), détail
Le Martyre de sainte Agnès
Assomption de la Vierge
Assomption de la Vierge
dans la nef (XVIe siècle)
L'Adoration des Rois
Haut-relief dans le narthex
«L'Adoration des mages» (Époque Renaissance)
La nef
La nef vue depuis l'escalier monumental
Conformément au livret édité par le presbytère, on peut comparer Saint-Nicolas à un musée de la statuaire et du vitrail au XVIe siècle.
Cuve baptismale du XVIe siècle avec un soldat romain qui monte la garde Le Sépulcre
LE SÉPULCRE
C'est une reproduction du tombeau du Christ ramenée de Jérusalem par un Croisé.

«««--- À GAUCHE
La cuve baptismale, à côté du Sépulcre, est du XVIe siècle.
Un soldat romain montait la garde devant le sépulcre...

Statue polychrome de saint Roch
Statue polychrome de saint Roch
Arbre de Jessé de 1534
Arbre de Jessé de 1534. Il conjugue la généalogie de Marie (à gauche) et celle de Joseph à droite.
En haut, Joseph et Marie se rejoignent, dominés par le Père Céleste (ce qui est une représentation assez rare dans un Arbre de Jessé).
Statue polychrome de la Vierge à l'Enfant
Statue polychrome de la Vierge à l'Enfant
dans la chapelle de Lorette (au chevet)
La nef et le côté nord vus depuis l'escalier monumental
La nef et le côté nord vus depuis l'escalier monumental
Saintes femmes dans un vitrail (XVIe siècle)
Saintes femmes dans un vitrail illustrant la résurrection des corps au jour du Jugement (XVIe siècle)
Un roi de Juda (Manassé?) dans l'Arbre de Jessé (1534)
Un roi de Juda (Manassé?) dans l'Arbre de Jessé (1534)
Statue de la Vierge à l'Enfant
Statue polychrome de la Vierge à l'Enfant
XVIe siècle

Vitrail de TOBIE (vers 1552)---»»»
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.

Tobie pêche un poisson qui guérira ---»»»--»»
la cécité de son père
Vitrail de Tobie (vers 1552) Vitrail de Tobie (détail)

Le vitrail de Tobie. C'est une grisaille rehaussée de jaune d'argent (vers 1552). Les armes des donateurs ornent le tympan. En haut, vie de Tobie père : il est déporté en Assyrie avec les Juifs de sa tribu ; il refuse d'adorer les idoles ; il se marie avec Anne ; il devient aveugle. En bas, vie de Tobie fils : son père l'envoie en Médie chez un parent qui lui doit de l'argent ; Tobie part avec l'ange Raphaël ; il pêche le poisson grâce auquel il guérira la cécité de son père ; il se marie avec Sarah ; tous deux prient et Raphaël brûle les viscères du poisson pour éloigner les démons (ceux-ci ont déjà fait mourir les sept premiers maris de Sarah le jour de leurs noces). On peut voir dans cette histoire une allégorie de la lutte contre les idées des Réformés : celui qui reste fidèle à Dieu (et au Dieu de ses pères) est récompensé.
Source : «Les vitraux de Troyes, XIIe-XVIIe siècle» de Danielle Minois (Guide Acanthe)

Vitrail de Tobie, détail
Vitrail de TOBIE en grisaille rehaussée d'or, détail (vers 1552)
Le Martyre de saint Sébastien
Sainte Marguerite
CI-DESSUS
Statue polychrome de
sainte Marguerite
XVIe siècle
«««--- À GAUCHE
Tableau dans le chœur
«Saints Charles, Sébastien, Roch et Adrien»
Vitrail de l'hostie, détail
Vitrail de la SAINTE HOSTIE en grisaille rehaussée d'or
(1563)
Détail : le procès de l'usurier devant l'évêque

Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
L'escalier monumentalCliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan
L'escalier monumental (il est digne d'un château) mène à la chapelle du Calvaire.
Il est embelli, sur sa gauche, du magnifique vitrail de Tobie (vers 1552) en grisaille rehaussée d'or.
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
Statue du Christ Ressuscité
Statue du Christ Ressuscité (en style Renaissance) dans
la chapelle du Calvaire (œuvre attribuée à Dominique Florentin)
Curieusement, cette chapelle, qui est une sorte de
tribune, est perpendiculaire au plan de l'église.
La voûte Le Martyre de saint Étienne
Tableau dans la nef : «Le Martyre de saint Étienne» (Époque Renaissance)

«««--- À GAUCHE
La voûte et ses séduisantes nervures (XVIe siècle)
Vitrail de l'hostie, détail
Vitrail de la SAINTE HOSTIE en grisaille rehaussée d'or (1563) :
Lles marchands et la cliente
Cliquez sur le vitrail pour l'afficher en gros plan.
Vitrail de saint Yves
Vitrail de LA VIE DE SAINT YVES en grisaille rehaussée d'or (posé en 1550)
Œuvre du peintre verrier Jean II Maçon

Le vitrail de la sainte hostie. Ce vitrail met en exergue une communauté juive avide de souiller les symboles de l'Église (rappelons que cette croyance était très répandue au Moyen Âge). La cible en est un usurier du nom de Jonathas. Dans le premier panneau, une élégante propose d'offrir sa robe et ses bijoux contre trente sols. Jonathas lui répond qu'il les lui rendra contre rien si elle peut apporter en échange l'hostie de sa communion pascale. Les vitraux qui suivent illustrent la messe et la communion sacrilège. L'hostie profanée est recueillie par une voisine, puis portée à l'évêque. Suivent ensuite la comparution de Jonathas et de sa cliente devant l'évêque ; enfin le bûcher où brûle l'usurier juif. Ce vitrail illustre les conflits qui opposent Rome à la Réforme. Voir le vitrail entier dans la galerie des vitraux.
Source : «Saint-Nicolas de Troyes» édité par le presbytère de l'église.

La nef, la chapelle du Calvaire, l'orgue et le Christ Ressuscité
La chapelle du Calvaire (à la tribune), l'orgue et le Christ Ressuscité de Dominique Florentin
Au-dessous de l'orgue, la chapelle du Sépulcre contenant la reproduction du tombeau du Christ.
Le Christ en croix sur la pile de la chapelle du Calvaire Vitrail de la Transfiguration (détail)
Vitrail de la Transfiguration (XVIe siècle - début XVIIe siècle)
Partie centrale : le Christ entre Moïse et Élie
Cliquez sur l'image pour afficher le vitrail en entier dans la galerie des vitraux.

«««--- À GAUCHE
Le Christ en croix sur la pile de la chapelle du Calvaire (Époque Renaissance)
On ne peut qu'être surpris par l'attitude très désinvolte de saint Jean : adossé à la pile, reposant sur un pied, le bras
droit replié comme si sa main tenait une cigarette, il a l'air d'assister à la scène en vrai «touriste» !
Sainte Agnès La chaire à prêcher du XVIe siècle
La cuve de la chaire à prêcher (fin du XVIe siècle)
Les sculptures racontent l'histoire de saint Nicolas

«««--- À GAUCHE
Un chef d'œuvre de la statuaire champenoise du XVIe siècle :
Statue en pierre polychrome de sainte Agnès
La chaire à prêcher du XVIe siècle
La chaire à prêcher
(fin du XVIe siècle)
Le chœur
Vue d'ensemble du chœur
Les vitraux de l'abside plate sont tous été refaits vers 1900.
Le chœur et ses élévations droites
Le chœur et ses élévations droites
Les vitraux des parties hautes sont de la Renaissance.
En bas à droite, l'Arbre de Jessé.
«La Mort de la Vierge»
Vitrail dans les parties hautes : «La mort de la Vierge» (détail)
Époque Renaissance
Cliquez sur l'image pour voir le vitrail en entier.
Statue d'un évêque
Statue de saint Nicolas
Le sanctuaire et deux autels de l'abside
Le sanctuaire et deux autels de l'abside (Saint-Joseph et maître-autel).
À gauche de l'autel de Saint-Joseph, le vitrail des Béatitudes (aussi appelé verrière de Toussaint), 1534.
Autel Saint-Joseph dans l'abside
Chapelle Saint-Joseph dans le chevet
Vitrail de la Résurrection, détail
Vitrail de la Résurrection
Détail : les soldats romains
Époque Renaissance

Cliquez sur l'image pour
l'afficher en grand format.
Chapelle de Lorette dans l'abside
Chapelle de Lorette dans le chevet
On remarquera dans le panneau supérieur du vitrail un épisode de la Santa Casa
L'abside et ses trois autels (Saint Joseph, Saint-Sacrement, Lorette)
L'abside et ses trois autels (Saint-Joseph, maître-autel, Lorette). Les vitraux de ces autels sont de la toute fin du XIXe siècle.
À l'extrême-droite, le vitrail de la vie de saint Claude
Vitrail de la Résurrection Marie en gloire entre les docteurs
Vitrail dans la nef
«Marie en gloire entre les docteurs» (XVIe siècle - début XVIIe siècle)

«««--- À GAUCHE
Vitrail de la Résurrection (XVIe siècle - début XVIIe siècle)
Cliquez sur l'image.
Triptyque des Sacrements
Triptyque des Sacrements (peinture sur bois; époque Renaissance)
À DROITE ---»»»
Vitrail : Scènes de la vie de saint Nicolas, (vers 1900). Cliquez sur le vitrail.
Vitrail : Scènes de la vie de saint Nicolas
La nef
On ne se lasse pas d'admirer les vieilles pierres de la nef et des bas-côtés.
Ici, le côté nord avec les voûtes des chapelles latérales. À droite, le vitrail de Tobie.
«L'Annonciation»
Tableau «L'Annonciation» (époque Renaissance)

À DROITE ---»»»
Vitrail «Marie en gloire entre les docteurs»
Détail : Marie portant l'Enfant (XVIe siècle - début XVIIe siècle)
«Marie en gloire entre les docteurs», détail
La nef vue du chœur
La nef vue du chœur
La chapelle du Calvaire remplace le traditionnel orgue de tribune.

Documentation : «Troyes en Champagne» de Didier Guy et Patrick Dupré, ISBN 2-913052-24-6 et brochure «Saint-Nicolas de Troyes» disponible dans l'église
«Le vitrail à Troyes : le chantier et les hommes» de Danielle Minois (Corpus Vitrearum) + «Les vitraux de Troyes, XIIe-XVIIe siècle» de Danielle Minois (Guides Acanthe)
PATRIMOINE CARTE PATRIMOINE LISTE Retourner en HAUT DE PAGE