Accueil
Histoire navale
Patrimoine
Bibliographie
Les Grands Thèmes
  Céramique
Musées, faïence, porcelaine
Porcelaine de Sèvres
Porcelaine de Berlin, Vienne
Porcelaine au Petit Trianon
Porcelaine au Grand Trianon
Faïence de Parthenay
Majoliques italiennes (Louvre)
Émaux de Limoges (Louvre)
Faïence de Nevers
Porcelaine de Limoges
Émaux du Limousin
Faïence de Rouen
Faïence de Gien
 
Contact

 
«Dieu créant les animaux», Urbino, atelier Patanazzi (détail)

C'est aux Babyloniens que revient l'honneur d'avoir découvert un enduit opacifié par l'oxyde d''étain. Les Perses l'adaptèrent aux frises de briques émaillées des palais de Suse et de Persépolis vers 550 avant notre ère. Puis les civilisations musulmanes développèrent le procédé. La méthode de cuisson dite «de petit feu» permit d'enrichir la palette des couleurs. Enfin, depuis le Proche-Orient et le Moyen-Orient, la technique pénétra en Espagne et en Italie.
Après la faïence hispano-mauresque, fruit de la présence islamique en Espagne, la majolique italienne (de grand feu) démarra à Florence et à Faenza au XVe siècle. Dès le début du XVIe, profitant de la présence d'artistes talentueux, elle atteignit son apogée, puis se développa dans des villes voisines de l'Italie du Nord : Forli, Ravenne, Pesaro, Sienne, etc. À Cafaggiolo, Pierre Médicis installa une faïencerie dans son propre château. Il y avait aussi des fabriques à Deruta, Gubbio. À Casteldurante, les artistes rivalisaient avec ceux de Deruta dans la création de services entiers pour les princes.
Urbino, au pied de la chaîne des Apennins, était un centre important de céramique. Le peintre Xanto Avelli y multipliait les créations en reproduisant les compositions de Raphaël. Vers 1565-1570, l'atelier Fontana créait des pièces pour les ducs d'Urbino. Tout comme l'atelier Patanazzi dans la même cité. Puis les potiers de Faenza lancèrent la mode de la faïence blanche, qui fut bientôt imitée dans toute l'Europe. Le savoir-faire espagnol et italien n'allait pas tarder à s'implanter en France (Lyon, Nevers), à Anvers et aux Pays-Bas, puis en Angleterre.

«Le Triomphe de Joseph», Urbino, atelier Patanazzi  (détail)
Vue d'ensemble de la Galerie des Chasses de MaximilienCliquez pour voir la table en grand plan
Vue d'ensemble de la Galerie des Chasses de Maximilien et de ses vitrines de majoliques italiennes
Sur la droite, la table de Sienne (voir plus bas)

L'Italie du nord et les principaux centres
de production de majoliques au XVIe siècle

Un aspect des couloirs sobres, mais toujours fonctionnels
du département «Objets d'Art» du musée du Louvre
Majolique de Pesaro
Plat : «Le Renard prêchant les oies»
Faïence de PESARO
vers 1490-1500

Les salles de céramique du Louvre ne sont pas les plus fréquentées du musée. Et c'est bien dommage. Le Louvre possède une superbe collection de majoliques italiennes (et d'émaux de Limoges) exposée dans un lieu remarquable : la Galerie des Chasses de Maximilien. Si vous visitez le Louvre, quittez donc les salles trop fréquentées et bruyantes de la Joconde et des peintures italiennes et allez admirer le travail des faïenciers italiens du XVIe siècle. C'est un régal pour les yeux... dans une atmosphère silencieuse assurée.

FAÏENCE DE FAENZA
Majolique de Faenza
Coupe : La Cène d'après une composition de Raphaël
gravée par Marc-Antoine et Marco Dente
FAENZA, vers 1525
Majolique de Faenza
Plat : «Le Parnasse» d'après une composition de Raphaël
gravée par Marcantonio
FAENZA, 1542
Majolique de Faenza
Coupe représentant la Cène d'après une composition de Raphaël
gravée par Marc-Antoine et Marco Dente, FAENZA, vers 1525
Détail sur le dessin central
Majolique de Faenza
Coupe godronnée
«Le Baptême du Christ», FAENZA 1575
Majolique de Faenza
Coupe godronnée
«Le Christ et la Samaritaine», FAENZA 1575
FAÏENCE DE FORLI ET DE SIENNE
Majolique de Forli
Leacadio Solombrino
Plat : «Alexandre et Roxane» d'après une composition de Raphaël
gravée par Jacopo Caraglio, FORLI 1555
Table de Sienne
Table avec un plateau de 33 carreaux de faïence
provenant du palais Petrucci à SIENNE

Carreaux attribués à maître Benedetto, peintre actif à Sienne de 1503 à 1522
Date de création des carreaux : vers 1509
Le piétement en noyer date de 1860.
Tapisserie des chasses de Maximilien
Tapisserie des chasses de Maximilien
Table de Sienne
Table «de SIENNE» avec 33 carreaux de faïence
FAÏENCE DE CAFAGGIOLO
Majolique de Cafaggiolo
Plat : «Saint Georges terrassant le dragon»
CAFAGGIOLO vers 1510-1520
À DROITE, Gros plan sur le dessin central ---»»»
Majolique de Cafaggiolo
FAÏENCE DE DERUTA
Majoliques de Deruta
Tapisseries des chasses de Maximilien
et vitrine de majoliques italiennes
Galerie des Chasses de Maximilien, département «Objets d'Art»
Majoliques de Deruta
Vitrine de majoliques italiennes DERUTA
Majolique de Deruta
Plat : Guerrier casqué en buste
DERUTA, premier tiers du XVIe siècle
Faïence lustrée
Majolique de Deruta
Plat : Évêque entouré de saint Jean et de saint Jacques
DERUTA, premier tiers du XVIe siècle
Majolique de Deruta
Plat, scène érotique
DERUTA, premier tiers du XVIe siècle
Majolique de Deruta
Plat, Le démon se prépare à engendrer Merlin (?)
DERUTA
FAÏENCE DE GUBBIO
Majoliques de Gubbio
Vitrine de majoliques de GUBBIO, vers 1530

À DROITE, Coupe «Diane et Actéon» ---»»»
GUBBIO (?, 1539
Faïence lustrée par le «Maître N»
Majolique de Gubbio
Majoliques de Gubbio
Assiettes GUBBIO, vers 1530-1540
Faïence lustrée
FAÏENCE DE CASTELDURANTE
Majolique de Casteldurante
Coupe : «Apollon et Marsyas»
CASTELDURANTE, vers 1525
par le maître «in Casteldurrante»
Majolique de Casteldurante
Coupe : «L'Enlèvement de Ganymède»
CASTELDURANTE, 1525
par le Maître «in Casteldurante»
FAÏENCE D'URBINO (ATELIER FONTANA)
Majolique d'Urbino, atelier Fontana
Plat : «La Manne d'après Raphaël»
par Orazio FONTANA (?) URBINO vers 1540-1550
Majoliques d'Urbino, atelier Fontana
Vitrines de majoliques URBINO
Atelier FONTANA
Galerie des Chasses de Maximilien, département «Objets d'Art»
Majolique d'Urbino, atelier Fontana
Plat : «L'Enlèvement d'Hélène»
Atelier FONTANA
URBINO vers 1540-1550
Majolique d'Urbino, atelier Fontana
Plat : «Le Jugement de Pâris»
d'après une gravure de Marcantonio, Atelier FONTANA
URBINO vers 1540-1550
Majoliques d'Urbino, atelier Fontana
Les splendides majoliques italiennes de l'atelier FONTANA

À DROITE, Plat : «Victoire de Scipion» par Orazia FONTANA (?) ---»»»
URBINO 1537
Majolique d'Urbino, atelier Fontana
Majolique d'Urbino, atelier Fontana
Plat «Victoire de Scipion», URBINO 1537 (détail central)
Majolique d'Urbino, atelier Fontana
Plat ovale : «Le Triomphe de Joseph»
reproduit d'après une gravure de Bernard Salomon
Atelier FONTANA, URBINO vers 1565-1570

Majolique d'Urbino, atelier Fontana
Plat ovale : «Le Triomphe de Joseph»
Le dessin central
Atelier FONTANA, URBINO vers 1565-1570

FAÏENCE D'URBINO (ATELIER PATANAZZI)
Majolique d'Urbino, atelier Patanazzi
Vase URBINO vers 1600-1610, atelier PATANAZZI
Majolique d'Urbino, atelier Patanazzi
Plat : «Dieu créant les animaux»
Atelier PATANAZZI, URBINO, vers 1580-1600

Vers 1565-1570, les potiers de Faenza mirent sur le marché des faïences blanches qui eurent beaucoup de succès. Ces faïences, relevées de quelques touches de jaune et de bleu, offraient un aspect artistique totalement nouveau et très séduisant.

Majolique d'Urbino, atelier Patanazzi
Plat : «Léda» Atelier PATANAZZI, URBINO vers 1580-1600
Majolique d'Urbino, atelier Patanazzi
Bassin d'aiguière : «La Métamorphose de Daphné»
Atelier PATANAZZI
URBINO, vers 1580-1600
FAÏENCE D'URBINO - ŒUVRES DE Francesco Xanto AVELLI
Majolique d'Urbino, œuvre de Francesco Xanto Avelli
Coupe : «Saint Jérôme» de Francesco Xanto AVELLI
d'après une gravure d'Agostino Veneziano
URBINO, 1531
Majolique d'Urbino, œuvre de Francesco Xanto Avelli
Plat aux armes de Piero Maria Puci de Florence: «La Malédiction de Rome» (?)
inspiré d'une gravure de Marco Dente d'après Raphaël
Francesco Xanto AVELLI, URBINO, 1532
Majolique d'Urbino, œuvre de Francesco Xanto Avelli
Plat : «La Malédiction de Rome» (?) de Francesco Xanto AVELLI, URBINO 1532
Le détail central offre l'anatomie d'une jeune femme tout en muscles.
Majolique d'Urbino, œuvre de Francesco Xanto Avelli
Plaques : «Cyrus élu roi par les enfants» et «Cyrus enfant recueilli par le berger» de Francesco Xanto AVELLI
URBINO, 1536
FAÏENCE D'URBINO (sans précision d'atelier)
Majolique d'Urbino
Majolique d'Urbino
Bassin d'aiguière représentant les vertus cardinales et théologales (détail)

«««--- À GAUCHE
Bassin d'aiguière représentant les vertus cardinales et théologales
URBINO vers 1580-1600
Majolique d'Urbino
Majolique d'Urbino
Bassin d'aiguière représentant les vertus cardinales et théologales (détail)

«««--- À GAUCHE
Assiette : «L'adultère de Vénus et de Mars»
URBINO vers 1535-1540
Majolique d'Urbino
Coupe : «Joseph et la femme de Putiphar»
sur une gravure de Marcantonio d'après un dessin de Raphaël
URBINO 1538
Majolique d'Urbino
Coupe : «La Déploration du Christ»
d'après une œuvre de Raphaël gravée par Agostino Veneziano
URBINO vers 1530-1535
Majolique d'Urbino
Gourde plate: «Le Jugement de Pâris» (dessin central)
d'après une composition de Raphaël gravée par Marcantonio Raimondi
URBINO vers 1540-1550
Majolique d'Urbino
Gourde plate : «Le Jugement de Pâris»
URBINO vers 1540-1550
Majolique d'Urbino
Coupe aux armes de Berio Sforza et de Costanza Farnèse : «La fête»
attribuée à Durantino, URBINO vers 1535-1540
Majolique d'Urbino
Fond de plat : «Le Parnasse»
d'après une gravure du Parnasse de Raphaël
URBINO vers 1525-1528
Majolique d'Urbino
Gourdes, Deux scènes de l'histoire de Loth» d'après une gravure de Bernard Salomon
URBINO (?), seconde moitié du XVIe siècle

Majolique d'Urbino
Plaque : «La Vierge au poisson entre Tobie et saint Jérôme»
d'après Raphaël, URBINO, vers 1525
Faïence lustrée à GUBBIO

Majolique d'Urbino
Plat : «L'Enlèvement d'Hélène»
d'après deux gravures de Barthel Beham
URBINO vers 1530
Majolique d'Urbino
Vitrine de majoliques URBINO
La splendeur de cette vitrine est là pour rappeler que cette faïence très chère était destinée
aux classes aristocratiques et riches de la population italienne du XVIe siècle.
Majolique d'Urbino, service du cardinal Duprat Majolique d'Urbino
Combat de chevaliers

«««--- À GAUCHE, Service du Cardinal Duprat : David et Goliath
URBINO 1535
Majolique d'Urbino
URBINO
Est-ce Apollon essayant de s'emparer de Daphné qui se transforme en laurier?
Majolique d'Urbino
Plat : «Judith et Holopherne», Atelier de Guido Merlino
URBINO 1551
SALLE STELLA TORRE (Plaquettes et bas-reliefs italiens XVe-XVIe siècles)
Salle Della Torre
Vitrine de faïence italienne dans la salle «Della Torre»
Salle Della Torre
Salle Della Torre (Plaquettes et bas-reliefs italiens XVe-XVIe siècle)
Grande coupe à pied de Ferrare ou Bologne
Grande coupe à pied supportée par des lions
Italie du Nord-Est, FERRARE ou BOLOGNE
Fin XVe siècle - début du XVIe
Terre engobée et incisée, glaçure plombifère
Plat de Ferrare (?)
Plat : «Joueurs de tarots»
FERRARE (?) vers 1480-1510
Terre engobée et incisée, glaçure plombifère

Documentation : «Encyclopædia Universalis», article «Faïence» et documentation du musée du Louvre
CÉRAMIQUE Retourner en HAUT DE PAGE